Le best-of des phrases choc de la saison de Top 14 (2/4)

Le best-of des phrases choc de la saison (2/4)
Par Rugbyrama

Mis à jourLe 26/06/2013 à 09:10

Publiéle 26/06/2013 à 09:09

Mis à jourLe 26/06/2013 à 09:10

Publiéle 26/06/2013 à 09:09

Article de Rugbyrama

Tout au long de la semaine, notre site vous propose une sélection des meilleures phrases de la saison du championnat. Ce mercredi, cap sur les joueurs.

Icon Sport

Matt Giteau (Toulon): "Dans ma tête, j'avais deux options: rester en France ou retourner en Australie. Je n'ai jamais pensé tenter ma chance en Angleterre par exemple. Mais pourquoi partir alors que je suis bien ici ? J'ai donc choisi la France et rester en France voulait dire rester à Toulon. Finalement c'était une décision assez facile à prendre. Je suis heureux ici ! Et ma famille est heureuse aussi. C'est la première des raisons qui a entraîné ma prolongation de contrat". Début novembre, le Wallaby prolongeait au RCT.

Thomas Domingo (Clermont): "On se rate les matches tout seul. On perd des points qui pourraient être précieux en fin de saison. On a beaucoup joué, beaucoup relancé mais on a gaspillé ces munitions avec nos fautes. On s'est mis en danger tout seul et on a pris des grosses séquences. Il va falloir remettre les pieds sur terre, on se fait des promesses et on ne les tient pas."

Icon Sport

Cédric Heymans (Bayonne): "Il y a Guy Novès et les autres. C’est une certitude. Je souhaite à beaucoup de clubs de pouvoir trouver un homme comme lui. Je suis admiratif. 1001 matchs sous les mêmes couleurs, aux portes de l’équipe de France il n’y a pas si longtemps... On ne peut que le respecter ! Il a amené le Stade toulousain en haut et continuera à le faire. Bien sûr, il y a des gens qui travaillent en sous-marin mais si le Stade est là, c’est qu’il arrive à orchestrer tout ça. Il fait comprendre aux joueurs qu’il y a une histoire ici, qu’il faut du respect pour les bénévoles et tous ceux qui y travaillent. C’est le vrai garant. Moi, il m’a fait devenir homme, il m’a fait grandir ici." Pour son retour à Ernest-Wallon, Cédric Heymans a rendu un vibrant hommage à Guy Noves.

Felipe Contepomi (Stade français): "C'est la vie. Si je pouvais jouer jusqu'à 50 ans je serais content. Le plus difficile pour un sportif c'est de savoir quand il faut arrêter. Je vois que les lundis et mardis (après les matches) c'est plus dur physiquement. Il faut écouter son corps. Après, c'est un honneur d'arrêter sa carrière professionnelle au Stade français. D'avoir eu la chance de porter ce maillot, c'est quelque chose d'incroyable."

Nicolas Durand (Racing): "Le rugby a évolué, pas Berbizier. Je pense que ça a été un très grand joueur, même si à son époque un mec comme Gallion l'était aussi, même meilleur peut-être. Il a été un bon entraîneur … jusqu'en 1995."

0 commentaire
Vous lisez :