Lanta - Bayonne - décembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Lanta: "A ce niveau, c'est impardonnable !"

Lanta: "A ce niveau, c'est impardonnable !"

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 06/01/2013 à 10:33 -
Par Rugbyrama - Le 06/01/2013 à 10:33
La déception de Lanta, la lucidité de Cotter, le soulagement de Taofifenua et Labit qui parle de nouveau de l'arbitrage... Retrouvez les phrases du week-end.

Darricarrère (entraîneur des lignes arrières d'Agen): "On va se battre jusqu'au bout. On avait déjà eu cet état d'esprit remarquable à la maison contre Toulon, aujourd'hui on l'a retrouvé, il nous avait manqué au Métro, c'est dommage. On va s'appuyer sur notre prestation du jour même si pour gagner les matches il faudra faire autre chose dans la conquête et dans l'utilisation du ballon".

Cotter (entraîneur de Clermont): "A la mi-temps, on s'est dit qu'il fallait que l'on soit un peu plus précis. On a été un peu plus efficaces aussi, mais on savait que ce serait très compliqué face à cette équipe de Montpellier. On est pas très bien rentré dans la partie, on est ensuite à quatorze en début de seconde période, heureusement on a bien négocié ce rendez-vous. Le manque de cohésion vient certainement du fait que l'on a fait beaucoup de changements dans l'effectif pendant cette période des fêtes et puis, on avait aussi peut-être déjà un peu la tête à la Coupe d'Europe la semaine prochaine. On sait que face aux Anglais d'Exeter on a la possibilité de se qualifier et peut-être même ensuite de disputer pour la première fois un quart de finale à domicile. On va vite basculer dans cette autre compétition."

S. Taofifenua (pilier de Perpignan): "On est soulagé. On visait les quatre points et la victoire est là, même si tout n'a pas été bon ce soir. Bordeaux est une équipe accrocheuse, qui ne s'incline jamais de beaucoup. On a eu des difficultés en conquête, mais l'essentiel est acquis. Je suis heureux d'avoir débuté un match de Top 14 avec mon frère Romain. Cela me rappelle mon père (Willy) et son frère (Jean-Jacques) à Grenoble".

Lanta (manager de Bayonne): "Il y avait la place. Il y avait un Stade français qui se cherchait, on fait une très bonne entame mais entre les fautes faciles, 20 minutes à 14 et le manque de réussite dans les tirs au but, ça fait beaucoup pour gagner un match. C'est le scénario qu'il ne fallait pas avoir. On avait les qualités pour gagner ce match. Il y a eu des erreurs individuelles qui ont mis le collectif en difficulté. A ce niveau, c'est impardonnable. Par la défaillance de quelques joueurs, l'Aviron n'a pas su accrocher un résultat qui était important. Donc il y a une déception légitime."

J. Dupuy (demi de mêlée du Stade français): "On s'est rendu le match difficile. Encore une fois, on attaque mal le match. Ensuite malgré tout, on essayé de jouer, de mettre du volume mais il y avait toujours la dernière passe (ratée, ndlr), un petit en-avant, un manque de présence dans les rucks... On n'a pas pu marquer d'essai. Le gros problème de ce match, c'est qu'on a mis du volume mais qu'on n'a pas su +tuer+ le match. Ce match, on pouvait aussi bien le perdre. Mais on le gagne. Il faut se satisfaire de la victoire. On est conscient de ce qui nous reste à faire. Comme le dit si bien notre capitaine: +Quand on n'est pas bon, on ferme sa gueule et on travaille.+"

Labit (entraîneur de Castres): "Nous n'avons pas fait une très bonne entame de match. Nous avons été maladroits au pied, fait de trop nombreuses fautes de jeu et nous n'avons pas su marquer lorsqu'il le fallait. Nous nous sommes précipités et à ce niveau, ça ne pardonne pas. L'arbitrage n'a pas joué non plus en notre faveur. Mais il y a aussi eu de bonnes séquences de jeu. Nous sommes toujours là pour titiller la hiérarchie établie."