Aled de Malmanche - stade français perpignan - 22 septembre 2012 - AFP
 
Top 14

Le Stade français respire à nouveau

Le Stade français respire à nouveau

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 22/09/2012 à 23:18 -
Par Rugbyrama - Le 22/09/2012 à 23:18
Après un début de championnat compliqué, le Stade français a relevé la tête face à Perpignan (34-24).
 

Quinze hommes en colère. C’est ce que demandait Jérôme Fillol cette semaine en conférence de presse. Il a été entendu puisque les Parisiens sont parvenus à l’emporter au forceps en privant les Catalans du bonus défensif. Ce n’était pas un huis clos même si les tribunes étaient clairsemées et l’ambiance plutôt maussade. Ce qui n’a pas empêché le Stade français de se rebeller après la bonne entame catalane. Sur une pénalité dans ses 22 mètres, Hook jouait au pied pour Haughton qui déposait De Malmanche, résistait au retour de Sackey et aplatissait. Ce fut le seul éclair de ce match ou presque. Ensuite, l’Usap a buté sur une grosse défense parisienne. Et a été condamnée par un de ses anciens joueurs. Jérôme Porical, pour ses retrouvailles avec un club qu’il a mené au Brennus en 2009, s’est montré impitoyable. Sa précision dans les tirs au but permettait aux Parisiens de basculer à la pause avec un point d’avance malgré la domination catalane (12-11).

Porical impérial

En seconde période, les maladresses se succédaient de chaque côté et le jeune Jules Plisson – par ailleurs pas toujours judicieux dans ses choix – gonflait la confiance des siens en réussissant deux drops. De fautes en fautes, un mano a mano s’installait avec tantôt sept unités d’avance pour le Stade français, tantôt quatre. Perpignan allait bien égaliser sur la seule éclaircie de la deuxième période grâce à Vahaamahina en coin. Mais derrière, Paris reprenait la tête et marquait même un essai grâce aux charges de Papé et Turinui (Tomiki, 74e).

A 34-24, les Catalans perdaient tout espoir et n’arriveront même pas à revenir dans les clous du bonus défensif. S’ils ont marqué deux essais, ils auront été bien loin du niveau affiché la semaine dernière à Barcelone. Les Parisiens, dans le doute, ont eu le mérite de s’accrocher et de saisir leur chance. Jérôme Porical lui a rappelé à tous ses qualités de buteur avec un sans-faute jusqu’à une dernière tentative sans enjeu. Il termine le match avec un huit sur neuf, là où Hook a abandonné de précieux points en première période (11 dont une transformation). Pour le spectacle, on repassera…

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×