Oyonnax-Montpellier - 22 mars 2014 - Icon Sport
 
Top 14

Top 14 - Jusqu'où peut aller Montpellier ?

Jusqu'où peut aller Montpellier?

Par Thomas PEROTTO
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 27/03/2014 à 10:36 -
Par Thomas PEROTTO - Le 27/03/2014 à 10:36
A quatre journées de la fin de la phase régulière du Top14, Montpellier se retrouve dans une position de force inédite (3e à égalité de points avec Toulon 2e). De quoi envisager une fin de saison palpitante pour un groupe qui revient de loin.
 

Il y a pas si longtemps de cela, miser sur le MHR dans le haut de tableau en fin de saison ressemblait à un pari risqué. Sans être au fond du trou, le club héraultais s'était retrouvé au creux de la vague aux abords de l'hiver, entre intégration tardive des recrues, élimination de la coupe d'Europe et revers cinglants ou cruels à domicile. "On a eu un gros passage à vide, on ne va pas revenir dessus mais ça a été compliqué. Il a fallu faire le dos rond et travailler", avoue Benoit Paillaugue. Giflés par les Irlandais de l'Ulster, surpris par Castres, les Cistes, minés par les blessures, voyaient leur horizon s'assombrir de semaine en semaine.

Une période qui parait aujourd'hui bien loin. Un mauvais souvenir dont ont su se servir les Bleu et Blanc. "C'est un peu plus joyeux, et ça se voit aux entrainements où nous sommes un peu moins crispés. Ca peut nous donner de la confiance, sans pour autant nous emballer car nous savons par quoi nous sommes passés", poursuit le demi de mêlée. Une analyse que rejoint son entraineur Fabien Galthié, philosophe sur le sujet : "C'est aussi dans l'adversité qu'on se construit, elle nous rend plus forts." Et on ne saurait lui donner tort, tant on sent désormais le groupe montpelliérain armé pour le sprint final. Au point même de l'imaginer gravir de nouveaux sommets, sur lesquels il n'a encore jamais réussi à poser ses crampons.

En préfèrant rester caché

Abonné aux barrages à l'extérieur depuis maintenant trois saisons, le MHR s'est offert cette année l'occasion de recevoir un match de barrage tant espéré par son président. "Ce serait bien de recevoir cette fois ! Après, si on peut aller en demie directement, on ne va pas se priver", lâche Paillaugue. Des propos que ne renierait pas Mohed Altrad,. En effet, Toulon, rival pour la deuxième place, recevra Toulouse et Paris, en se déplaçant entre temps à Bordeaux et à Perpignan. Le leader clermontois ira pour sa part à Brive et au Racing, et accueillera Castres et l'Usap. Tandis que le menu du MHR sera constitué de Bayonne et du Racing à domicile, et de Grenoble et Castres à l'extérieur. Sans compter que ces deux concurrents auront un quart de finale de H Cup à disputer.

Il semblerait donc qu'il y ait la place d'un petit espoir pour les Cistes. "On ne se le martèle pas, mais on fera les comptes à la fin. Si on fait de bonnes performances, on ne sera pas loin", souffle l'ancien Rochelais. Même son de cloche du côté de son mentor. "On est en route, on chemine. On a fait un coup à Oyonnax, c'est bien, mais voilà... Ca ouvre des perspectives, mais c'est tout. Tout peut arriver dans ce championnat. L'ambition est une qualité, mais c'est d'abord de bien finir les entrainements, puis de se projeter sur samedi prochain. Plus loin, ce serait se tromper", estime Fabien Galthié. Armé de son expérience et d'une humilité immuable, le MHR poursuit donc son ascension pas à pas. Avec le col bayonnais (samedi 18h30) en point de mire.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×