Elissalde - Toulouse - Septembre 2012 - Icon Sport
 
Top 14

Jean-Baptiste Elissalde (Stade toulousain): "On a encore quelques interrogations"

Elissalde: "On a encore quelques interrogations"

Par AFP
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 15/04/2013 à 17:24 -
Par AFP - Le 15/04/2013 à 17:24
"Ces trois semaines vont servir à travailler, travailler encore", a averti, lundi, Jean-Baptiste Elissalde, l'entraîneur du Stade toulousain, défait à Montpellier (8-10) et qui s'apprête à un nouveau déplacement périlleux à Clermont, samedi pour la 25e journée du Top 14.
 

Qu'avez-vous pensé des matches du week-end ?

Jean-Baptiste ELISSALDE: Un match Toulon-Clermont où les deux équipes se sont livrées à 150% et le nôtre où, par moments, cela a été le cas mais trop peu souvent. On a été trop peu dans la dynamique, le volume, trop faible dans notre intensité. On a alterné les moments d'investissement à 100% et ceux où on a été trop laxistes offensivement ou défensivement dans tous les secteurs du jeu. Ça fait la différence aujourd'hui entre les deux premiers et le reste du championnat. Clermont n'a pas volé son résultat. On sent que c'est une équipe qui ne doute pas et qui a beaucoup de certitudes sur son jeu, son collectif. De toute façon, les deux équipes sont les prétendantes au titre.

Derrière le duo de tête, vous vous estimez le premier des autres...

J-B.E: On le sait depuis un bout de temps. D'un point de vue objectif, il y a deux équipes qui jouent le haut niveau de l'Europe et il y a le reste. D'un point de vue comptable aussi puisqu'on s'aperçoit qu'il y a dix points d'écart entre le premier et nous. Le groupe est fait à 100% de compétiteurs et on va tout mettre en oeuvre pour essayer de rivaliser pour le quart de finale (le barrage, NDLR) et le reste si on passe. On a fait un bon résultat au Racing, on a envoyé quelques joueurs à Perpignan se mesurer dans les difficultés, on en a tiré des enseignements, comme ce week-end. On a encore deux matches et une semaine d'entraînement. J'espère qu'ils vont nous permettre de rivaliser dans l'intensité avec les meilleurs.

Pensez-vous Clermont prêt dès samedi à "faire la guerre" ?

J-B.E: Sans aucun doute, c'est la meilleure façon de préparer le Munster la semaine d'après. Nous, on part de loin pour des raisons différentes. Plus que les résultats, l'important c'est comment les joueurs vont s'investir face à l'adversité. Ces trois semaines vont servir à travailler, travailler encore. On aimerait mettre l'équipe la plus performante le jour du 'quart de finale'. Ce qui se passe avant, c'est du travail et de la réflexion. Ce qu'on pense être acquis une semaine est remis en question la semaine après. Des certitudes on en a mais on a encore quelques interrogations. C'est notre job d'y répondre dans les trois semaines qui viennent.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×