Ibanez - Bordeaux Bègles - 24 aout 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Ibanez (Bordeaux-Bègles): "Les joueurs ont paru désemparés"

Ibanez: "Les joueurs ont paru désemparés"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 26/01/2013 à 12:20 -
Par Rugbyrama - Le 26/01/2013 à 12:20
Le manager de Bordeaux-Bègles, Raphaël Ibanez, n’a pas caché que son groupe était meurtri après la défaite à domicile contre le Racing, vendredi (22-15).

Bordeaux-Bègles a perdu la recette. Depuis début novembre, l’UBB ne s’est plus imposée en championnat. Soit près de trois mois de disette. Une éternité. Et le constat est sans appel: le club girondin s’englue dans la zone rouge. Vendredi soir, face au Racing, il a signé un septième revers de rang en Top 14, le sixième de la saison à domicile. Le manager, Raphaël Ibanez, a pointé du doigt les faiblesses de son équipe, qui n’a jamais trouvé de solutions face à la défense bien organisée du Racing. "Nous étions trop limités dans le rapport de forces, notamment sur la ligne de front où à certains moments de la rencontre les difficultés à franchir étaient évidentes. Le Racing est réputé pour sa capacité à bien défendre et à faire preuve de force sur la ligne d'avantage, avec beaucoup de puissance, il l'a démontré lors de certaines séquences cruciales. On n'a pas su profiter de notre avantage numérique, on s'est heurté à une défense efficace, très agressive sur l'homme. On a du mal parfois à déplacer le jeu".

Ibanez: "Hors de question de renoncer"

Maigre consolation pour l’UBB: le gain du bonus défensif. Un accessit bien maigre compte tenu du besoin vital de points dans l’optique du maintien. "Les joueurs ont eu le mérite d'aller chercher le bonus en fin de rencontre, je ne sais pas si c'est vraiment une vraie récompense mais cela salue les efforts de l'équipe", a tenu à féliciter Ibanez. Mais ce dernier n’a pas caché que le groupe girondin était meurtri. "Le rugby est un sport de combat et d'affrontement et nos joueurs ont paru par moments désemparés. On sent que ce groupe est touché, atteint, meurtri, mais il ne faut pas qu'il soit abattu. Il est hors de question de renoncer. On sait qu'on va être désormais dans une lutte acharnée en bas de tableau". Bordeaux-Bègles doit surtout éviter de tomber dans la sinistrose.