Hugo Bonneval - stade français bordeaux bègles - 16 fevrier 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Hugo Bonneval: "Attraper le wagon des six premiers"


Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 15/08/2013 à 10:04 -
Par Midi Olympique - Le 15/08/2013 à 10:04
Bonneval: "Attraper le wagon des six premiers"Avec un recrutement de premier choix, le Stade français souhaite refaire son apparition sur le devant de la scène en accrochant une place pour les phases finales. Hugo Bonneval, jeune arrière du club parisien, sait qu’il va falloir rester concentrer tout au long de la saison.

Pouvez-vous revenir brièvement sur la saison passée, celle qui vous a permis d’acquérir du temps de jeu au Stade français?

Hugo BONNEVAL: D’un point de vue personnel, la saison dernière s’est très bien passée. J’ai pu bénéficier d’un temps de jeu relativement conséquent. Christophe Laussucq me faisait confiance, ce qui m’a permis d’enchaîner les matchs. Sur le plan collectif, je pense que la défaite au Stade de France contre le Racing nous fait mal, tout comme l’accumulation de défaites à l’extérieur… Heureusement que le Challenge européen nous sauve un peu notre fin de saison.

A trois jours de la reprise du Top 14, comment vous sentez-vous? Comment s’est déroulée la préparation estivale?

H.B: Physiquement je vais bien, malgré un petit pépin à la cheville lors du match amical contre Bayonne. Finalement ce fût moins grave que prévu, les kinés et toute l’équipe médicale a fait un super boulot. En ce qui concerne la préparation, tout était nouveau cette année avec l’arrivée de Gonzalo Quesada. Les préparateurs physiques sont beaucoup plus nombreux, nous travaillons par petits groupes de deux ou trois joueurs avec un préparateur. Là, nous ne pouvons pas tricher. Mais même lorsque c’est vraiment dur, nous nous sentons soutenus par le staff qui fait vraiment tout pour que l’ensemble des joueurs soit dans les meilleures dispositions physiques et mentales.

Quels sont les changements par rapport à l’an dernier?

H.B: Tout d’abord, il y a de nouveaux joueurs, même si tous ne sont pas encore arrivés. Morné Steyn, par exemple, est venu une semaine avant de repartir pour le Four Nations. Dans ceux qui sont déjà avec nous, je trouve qu’ils s’intègrent plutôt bien et les étrangers font l’effort de parler français, c’est agréable ! Sinon, le changement majeur c’est le déménagement dans notre nouveau stade Jean-Bouin. Nous avons troqué le bruit du périph’ parisien contre les chants d’oiseaux !

Justement, vous devez être impatient de jouer votre premier match dans ce nouveau stade…

H.B: Forcément, nous attendons avec beaucoup d’impatience d’aller jouer dans ce nouveau Jean-Bouin. Nous allons avoir tout ce dont nous avons besoin directement sur place et surtout, ce sera notre stade ! Mais avant de penser à la réception de Biarritz lors de la troisième journée, nous devons nous focaliser sur nos deux premiers matchs qui se joueront à l’extérieur. Nous nous rendons à Grenoble ce week-end, ce sera un premier gros test pour voir où nous en sommes car les Grenoblois ont été intraitables à domicile l’an dernier. Nous espérons tout de même tirer notre épingle du jeu car si nous perdons nos deux premiers matchs, nous pouvons rapidement nous retrouver derniers du championnat !

Quels sont les objectifs du Stade français pour la saison à venir?

H.B: Le président a été clair, nous devons attraper le wagon des six premiers du classement. Depuis plusieurs années le Stade français ne figure plus parmi les équipes qui jouent les phases finales et cela manque à tout le monde. Particulièrement à nous, les joueurs.