Joie Grenoble - 22.12.2012 - Grenoble / Toulouse - Icon Sport
 
Top 14

Grenoble, la seconde jeunesse

Grenoble, la seconde jeunesse

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 27/12/2012 à 10:38 -
Par Rugbyrama - Le 27/12/2012 à 10:38
Grenoble revit au rythme du rugby. Car le FCG, promu cette année et dans les clous d’une qualification pour les phases finales, est la révélation de la saison.
 

Tout le monde veut prendre sa place ! Le FCG, sixième et virtuellement qualifié pour les phases finales, fait l’objet de toutes les jalousies. Sa place au classement est fortement convoitée, notamment par les "historiques": Perpignan, le Stade français, Biarritz…Tous se sont lancés à la poursuite du promu, qui, avouons-le, n’est plus une surprise. Gare à Grenoble donc, qui possède quatre points d’avance sur son premier poursuivant, l’Usap, et qui a déjà fait le coup en 2002-2003. Alors dirigé par Jacques Delmas, le promu de Pro D2 s’était hissé en play-offs. Cette année encore, le club isérois vit une véritable renaissance, lui qui retrouve le Top 14 après sept ans d’absence.

Citadelle imprenable

La recette grenobloise est simple: l’invincibilité à domicile. En venant à bout des doubles champions de France en titre toulousains, les joueurs de Fabrice Landreau viennent d’enchaîner un 23e succès consécutif sur leurs terres (à Lesdiguières comme au Stade des Alpes). Certains "gros bras" (Perpignan, le Racing-Métro et donc Toulouse) en ont ainsi déjà fait les frais. Des performances en Isère qui permettent à l’encadrement de gérer son effectif, à l’extérieur notamment (une seule victoire contre sept à domicile).

Des individualités remarquables

Comment ne pas remarquer les prestations de certains éléments clés du dispositif grenoblois, nombreux à avoir attiré les regards sur eux depuis fin août? Le centre Nigel Hunt, qui survolait le Pro D2 les deux dernières saisons, forme un paire de centre redoutable en compagnie de l’expérimenté Rida Jahouer. Le pilier gauche bosnien Kenan Mutapcic tord en mêlée fermée tous les droitiers qui osent se présenter à lui, quand Valentin Courrent enquille les points au pied et semble lui aussi renaître de ses cendres. Le troisième ligne Henry Vanderglas, l’une des surprises de cette première partie de saison, impressionne par sa mobilité et sa gestuelle. Enfin, le demi de mêlée, Jonathan Pelissié, et l’ailier Lucas Dupont brillent tellement qu’ils sont annoncés en partance pour Montpellier l’été prochain.

Tout va donc pour le mieux à Grenoble, très bien parti pour assurer largement son maintien. Car pour participer aux barrages, les Isérois auront fort à faire. Ces derniers n’ont en effet pas encore accueilli Toulon, Clermont, Castres ou Montpellier. Seule ombre au tableau rouge et bleu...

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×