Cazenave - Perpignan Stade français - 23 février 2013 - Icon Sport
 
Top 14

Florian Cazenave (Perpignan): "On n'est pas tombé dans l'euphorie"

Cazenave: "On n'est pas tombé dans l'euphorie"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 26/02/2013 à 16:48 -
Par Rugbyrama - Le 26/02/2013 à 16:48
Victorieux du Stade français samedi soir (32-16), les Perpignanains ont su valider leur succès du week-end précédent à Toulouse. Le demi de mêlée Florian Cazenave s'en réjouit même si, avant le déplacement à Mont-de-Marsan samedi, il appelle à conserver la même dynamique.
 

Quel goût vous a laissé ce succès contre le Stade français ?

Florian CAZENAVE: Ce fut une belle victoire. Un succès comme nous n'avons pas connu tant que ça à Aimé-Giral. D'autant plus que là, c'était face à un concurrent direct dans la course à la sixième place.

Est-ce la principale satisfaction du week-end ?

F.C: Oui, surtout que malgré la victoire, nous n'avions effectué un très bon match à Toulouse. Là, on a fait preuve de maîtrise et de calme quand il le fallait, ce qui n'était pas forcément le cas lors de nos précédentes sorties. On a su gérer au pied, trouver de l'alternance pour ne pas tomber dans le hourra rugby. Par moments, nous sommes parvenus à revenir à des choses simples afin de ne pas paniquer.

Et faire la différence en supériorité numérique...

F.C: En subissant, les Parisiens se sont mis à la faute et se sont même retrouvés à treize. Avec deux joueurs de plus sur le terrain, c'est plus facile. Nous en avons profité.

Etes-vous confiant pour aller décrocher cette fameuse sixième place ?

F.C: Je ne pense pas que nous avions réussi à enchaîner deux matchs de suite contre des équipes du haut de tableau ou concurrent direct en gagnant de cette manière. Mais attention, pour éviter une décompression après Toulouse, on s'est fixé comme objectif d'aligner une série de trois victoires d'affilée. En voilà une. Maintenant, il faut gagner à Mont-de-Marsan le week-end prochain et ensuite Grenoble. Et ce match à Mont-de-Marsan sera délicat à aborder. Avant le Stade français, on a su ne pas tomber dans la joie extrême ou l'euphorie. Il faut être capable de le reproduire sur cette semaine d'entraînement.

Même si vous avez désormais quasiment écarté le Stade français de la course aux phases finales...

F.C: Il fallait arriver à les priver de bonus défensif. C'est fait. L'ambition était d'abord de gagner d'un point, ensuite de ne pas les laisser prendre de bonus. Maintenant, pour la sixième place, je pense que ça devrait se jouer entre le Racing-Metro, Grenoble et nous. Malheureusement, un peu comme nous, le Racing est vraiment en pleine bourre.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×