Christophe Deylaud n'est pas tendre envers les présidents de la FFR et de la LNR - AFP
 
Top 14

Deylaud: "Ne soyons pas une équipe qui pleure"

Deylaud: "Ne soyons pas une équipe qui pleure"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 09/11/2012 à 15:50 -
Par Rugbyrama - Le 09/11/2012 à 15:50
L’entraîneur de Bayonne, Christophe Deylaud, ne veut pas s’apitoyer sur les nombreuses absences au sein de son effectif à l’heure d’effectuer un déplacement délicat à Grenoble.
 

Actuellement onzièmes du classement avec seulement quatre points d’avance sur Bordeaux-Bègles, premier relégable, les Bayonnais vont essayer d’aller chercher une victoire à Grenoble, histoire de se donner un peu d’air. Attention cependant, les Basques gardent un mauvais souvenir de leur dernier déplacement. A Toulon, l’Aviron avait sombré (0-59). "Nous avions fait tourner l'effectif. C'est aussi dans ces moments-là que l'on voit le caractère des joueurs. A Grenoble c'est différent, on y va pour essayer de ramener quelque chose. Mais aussi pour continuer à se forger un collectif et un mental de compétiteur", a confié Christophe Deylaud, l’entraineur bayonnais sur le site du club, qui revient après une opération de la hanche après un accident en vélo.

"Pas surpris par Grenoble"

Battus à trois reprises à l’extérieur, les Bleu et Blanc n’ont réussi à s’imposer que face à leurs voisins biarrots (16-15). Deylaud avouait: "On ne peut pas dire qu'on ait fait de grands matches à l'extérieur cette saison, à part le derby. Alors, on aimerait qu'il y ait des derbies tous les week-ends pour avoir des comportements identiques". Pourtant la tâche des Bayonnais ne risque pas d’être aisée face à Grenoble, champion de Pro D2, et qui n’en finit plus se positionner en outsider pour les phases finales. Pas surprenant pour le technicien de Bayonne: "C'est l'équipe surprise pour le grand public, mais moi, je ne suis pas surpris. Elle s'est bien préparée dans le championnat de Pro D2 ces trois dernières années, elle a totalement dominé la saison dernière. Et là, les Grenoblois se sont encore renforcés. Ils n'ont fait qu'améliorer cet effectif. Ils sont convaincus de ce qu'ils font dans leur jeu. Ils marquent des points au classement mais aussi sur le terrain".

L’Aviron devra se passer tout de même de son demi de mêlée, Mike  Phillips (avec le pays de Galles), de l’ouvreur Jacques-Louis Potgieter (cheville), de l’arrière ou ailier Cédric Heymans (cuisse) et du centre Gabiriele Lovobalavu (mollet). Qu’importe pour Christophe Deylaud: "Ne soyons pas une équipe qui pleure, ne soyons pas comme certains entraineurs. On a un effectif de qualité, on fait avec les joueurs présents. Espérons qu'ils donneront le meilleur d'eux-mêmes et qu'ils seront efficaces. Et on ne fera pas les pleureuses".

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×