Yann David - Stade français Toulouse - 27 octobre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

David: "Je retrouve du plaisir"

David: "Je retrouve du plaisir"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 30/10/2012 à 18:04 -
Par Rugbyrama - Le 30/10/2012 à 18:04
Après plus d'un mois et demi d'absence en raison d'une blessure aux adducteurs, le trois-quarts centre toulousain, Yann David, a refoulé samedi dernier une pelouse de Top 14 contre le Stade français. Il savoure, et espère continuer à faire le plein de confiance.

Avez-vous digéré le temps de jeu dont vous avez bénéficié à Paris? Était-ce un bon compromis pour votre retour?

Yann DAVID: Oui, tout à fait! J’avais commencé le week-end précédent par jouer quarante minutes en espoirs pour retrouver un peu le rythme. Là j’ai disputé une heure de jeu, cela m’a fait du bien de retrouver du plaisir, de m’éclater sur le terrain avec les copains, de revenir dans le bain, de se réhabituer aux contacts…

Il est vrai que depuis votre arrivée au Stade toulousain, vous n’êtes pas épargné par les blessures…  

Y.D: J’ai souvent des petits pépins, ce n’est jamais évident mais bon, je n’ai pas d’autre choix que de vivre avec. J’ai appris à gérer au mieux ces périodes un peu «galères» pour revenir le plus vite possible. Il ne faut pas dramatiser, ces mauvais moments servent d’expérience. J’ai mis en place des routines avec le staff médical, notamment pendant mes phases de récupération. C’est le lot du sport de haut niveau…

Appréhendez-vous la réception du Racing-Métro?

Y.D: Forcément un peu, c’est une équipe qui a frôlé la victoire à Perpignan et qui arrivera donc à Toulouse les dents longues, dans l’objectif de nous battre. A nous de nous accrocher, mais cela ne sera pas évident, comme à chaque fois que l’on rencontre le Racing.

Pensez-vous encore à l’équipe de France?

Y.D: Je l’ai toujours dans un coin de la tête, mais c’est un peu tôt. Je dois continuer à emmagasiner du temps de jeu, de la confiance et pourquoi pas retrouver les Bleus dans un objectif à plus long terme, pour le Tournoi des six nations peut-être.

L’exemple de Yannick Nyanga, de retour en sélection après cinq ans d’absence, peut vous permettre d’y croire.

Y.D: C’est vrai. Yannick réalise de sacrées performances depuis quelques saisons. Il le mérite vraiment au vu de son investissement à l’entraînement, pendant les matchs et dans la vie du groupe.