Danie Rossouw - Afrique du Sud - Aout 2011 - Icon Sport
 
Top 14

Danie Rossouw (Toulon): "Impatient de sentir la ferveur du public"

Rossouw: "Impatient de sentir la ferveur du public"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 08/03/2013 à 10:47 -
Par Rugbyrama - Le 08/03/2013 à 10:47
Le troisième ligne sud-africain, Danie Rossouw (63 sélections), arrivé du Japon pour renforcer Toulon, a affirmé jeudi qu'il avait "hâte de commencer" avec son nouveau club, même s'il attend encore sa qualification par la Ligue nationale de rugby (LNR) pour jouer en Top 14.
 

Qu'est-ce qui vous a convaincu de venir à Toulon ? Votre ami Bakkies Botha ?

Danie ROSSOUW: C'est Toulon, sans aucun doute ! Bakkies est un très bon ami mais je ne suis pas venu pour lui. Je suis venu pour apporter quelque chose de positif, aussi bien en défense que ballon en main, car j'aime gagner la ligne d'avantage. Maintenant, j'ai toujours voulu jouer en France car je pense qu'on y pratique le jeu qui me convient le mieux. L'opportunité japonaise (chez les Suntory Sungoliath, NDLR) s'est présentée il y a deux ans alors je l'ai saisie. C'était une belle expérience mais au fond de moi, j'ai continué à vouloir venir en France car j'ai adoré disputer la Coupe du monde 2007 dans votre pays (il l'a remportée avec les Springboks, NDLR).

Quand pensez-vous démarrer avec le RCT ?

D.R: Les tests médicaux se sont bien passés et je suis prêt à jouer dès maintenant. Je suis très content d'être là et j'ai vraiment hâte de commencer. J'ai regardé de nombreux matches de Top 14 et c'est super de voir à quel point les supporters sont passionnés et derrière leur équipe. Sur le terrain, le rugby français est très physique. C'est tout l'inverse du Japon... J'attends avec impatience de sentir la ferveur du public.

Au Japon, vous n'avez disputé que cinq matchs, dont deux en tant que titulaire. Pourquoi avez-vous si peu joué ?

D.R: Parce que le règlement du Championnat japonais n'autorise que deux étrangers sur la feuille de match. Aux Suntory Sungoliath, l'Australien George Smith et mon compatriote, Fourie Du Preez, ont davantage joué car ils se sont mieux adaptés que moi au jeu japonais. Dans ce Championnat, il vaut mieux ne pas être trop grand et je dois reconnaître qu'ils ont mieux joué que moi. C'était très frustrant mais d'un autre côté, j'ai pu me régénérer. J'espère jouer davantage en France.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×