Julien Bardy - clermont biarritz - 26 octobre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Clermont sans briller

Clermont sans briller

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 26/10/2012 à 23:22 -
Par Rugbyrama - Le 26/10/2012 à 23:22
Sous la pluie, Clermont a réussi à conserver son invincibilité à domicile malgré une bonne résistance de Biarritz (19-12). Bonus défensif pour les Biarrots.

Même en repartant avec le bonus défensif de Marcel-Michelin, une performance fort louable tant cette forteresse s’avère quasi-imprenable avec cette impressionnante série en cours de 48 succès, les Biarrots vont trouver le moyen d’avoir des regrets. D’une part, parce qu’ils ne parviennent pas à stopper l’hémorragie en Top 14 avec un cinquième revers consécutif, mais surtout parce qu’ils pouvaient peut-être espérer mieux, eux qui sont les derniers tombeurs des Jaunards dans leur antre. En effet, que se serait-il passé si les Basques ne s’étaient pas tirés une balle dans le pied d’entrée de jeu en relançant de façon hasardeuse de leurs "22" ? Difficile à dire mais toujours est-il que les Clermontois en ont profité pour partir avec un petit matelas d’avance grâce à Nakaitaci (7-0, 2e). Et au final, l’écart est de… sept points.

Certes, l’on n’a guère senti les Jaunards en grand danger tout au long de la rencontre, bien qu’indisciplinés (7+6 contre 6+2 pour le BOPB) et largement dominés en mêlée. Sur la lancée de leur campagne européenne, les coéquipiers de Rougerie ont démontré toutes leurs facultés à conserver le ballon et enchaîner les temps de jeu, malgré les conditions rendues difficiles par la pluie. Réduits au simple rôle de défenseurs, mis à rude épreuve par les longues séquences clermontoises, les Biarrots s’en très bien sortis.

La mauvaise gestion de James

Ainsi, bien aidés par un pack à son aise dans l’épreuve de force, ils ont stabilisé l’écart jusqu’au repos (16-6), leurs hôtes ne se lançant guère dans des offensives de grande ampleur comme lors des deux derniers week-ends. Maître de match (possession, occupation) jusqu’alors, Clermont a par la suite déjoué à l’entrée de James (19-6, 47e), d’habitude parfait gestionnaire. Seulement, avec un jeu au pied trop systématique et d’autant plus imprécis, celui-ci a rendu énormément de ballons aux Biarrots. Et inversement, ces derniers, peu enclins à proposer du jeu, ont été très pertinents dans ce domaine. Au point de se battre à armes égales avec leurs adversaires et de revenir peu à peu dans la partie, grâce aux pieds de Peyrelongue (19-9, 55e) et Baby (19-12, 60e) durant une période de supériorité après le carton jaune reçu par Vermeulen (53e).

Chacune des équipes semblant de contenter de la situation en attendant une éventuelle faute adverse, la situation n’évoluera plus même si Biarritz aurait pu, sur un de ses rares ballons de récupération et un énorme surnombre, faire trembler Marcel-Michelin (74e). Finalement, Clermontois et Biarrots se quittaient bons amis, chacun ayant trouvé des raisons de se satisfaire du résultat. Les Auvergnats d’un point de vue comptable avec un retour à hauteur de Toulon en tête. Les Biarrots dans le contenu, avec une très grosse prestation collective en défense et en mêlée.