Parra - Clermont Bayonne - 30 décembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Clermont-Bayonne (48-3) - Clermont intraitable

Clermont intraitable

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 30/12/2012 à 18:32 -
Par Rugbyrama - Le 30/12/2012 à 18:32
Excellents en attaque et dominateurs dans tous les duels, les Clermontois ont offert un festival offensif à leur public pour corriger Bayonne (48-3).

"Cela fait du bien de courir pendant les fêtes" disait Alexandre Lapandry, au micro de Canal +, à sa sortie. Le troisième ligne international s’est en effet bien dégourdi les jambes en se montrant pénétrant et impérial au plaquage. Clermont a tranquillement disposé de Bayonne (48-3) et consolide sa deuxième place. L’Aviron n’a pas démérité mais payé très cher ses deux cartons jaunes. Pour aligner sa 52e victoire consécutive à domicile, il n’en fallait pas tant aux Clermontois.

Durant le premier intermède à 15 contre 14, l’ASMCA a d’abord assuré les affaires courantes en prenant le score qui était encore vierge quand Gerber s’est fait sortir (20e). Parra (à 100% ce dimanche comme James puis Skrela) marquait trois points en guise d’apéritif avant deux mets copieux servis par Fofana. Le premier fut bien préparé par les avants qui ont désagrégé le pack bayonnais pour ouvrir la voie à un essai imparable (23e). Le second a été dégainé plus vite que son ombre à la suite d'un contre. Nalaga cavalait mais tardait à passer à son capitaine Aurélien Rougerie. Le jeu basculait vers Fofana qui pouvait se remplir la panse d’un deuxième essai personnel (28e).

Rougerie, seul point noir

Le rythme retombait alors pour digérer ces premières envolées. Parra répondait à Boyet avant la mi-temps. De nouveau affamés, les Clermontois voulaient croquer rapidement le bonus offensif. Nalaga, pas le moins vorace, en avait marre de ses haricots verts et culbutait Gerber pour marquer (43e). Mais son pied en touche le conduisit à la fringale. Pour quelques minutes. Il revenait dix minutes plus tard, crocs acérés, pour martyriser Gerber, résister à Boyet et offrir aux Clermontois le bonus offensif (50e). Le coaching coupait alors momentanément l’appétit des ogres auvergnats.

60e minute: les nerfs de Tialata craquèrent. Le pilier se paya Parra et prit son jaune. Nalaga en profita pour rajouter une cacahouète. Il termina un bon travail de Stanley, James et Rougerie (61e). Quatre essais, deux doublés, on pouvait passer au fromage. Jean-Marcellin Buttin finissait le travail de ses compagnons qui se passaient la balle à cent à l’heure en guise de promenade digestive (67e). Repus, Buttin attendait ensuite ses partenaires avec un pas de l’oie farci de classe. L’arrière offrait à Stanley le sixième essai clermontois (69e). Rien ne pouvait gâcher la fête des Clermontois avec leur public. Sauf une blessure du maître de cérémonie. Aurélien Rougerie s’est fait sévèrement tacler par Boyet, y laissa une cheville et ses partenaires à 14 pour les toutes dernières minutes. En attendant le verdict médical, on peut déjà diagnostiquer une bonne gueule de bois aux Bayonnais, qui ont inexorablement bu le calice jusqu’à la lie.