Brice Dulin - castres grenoble - 25 aout 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Castres, un goût d'inachevé

Castres, un goût d'inachevé

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 25/08/2012 à 20:52 -
Par Rugbyrama - Le 25/08/2012 à 20:52
Battus la semaine dernière à Toulouse (22-23), les Castrais ont rectifié le tir à Pierre-Antoine contre les promus grenoblois (30-13). Les Tarnais pourront cependant regretter d'avoir encaissé un essai sur la sirène, lui enlevant par la même occasion le bonus offensif.

C'est un essai de pénalité qui a d'abord fait basculer le sort de ce match. Une décision arbitrale logique à la 37e après une série de mêlées fermées dominées par les avants du CO... A cet instant, Castres prenait dix longueurs d'avance (16-6) et pouvait enfin respirer. Car jusque-là, si les Tarnais se montraient supérieurs dans les intentions de jeu et la conservation du ballon, ils connaissaient des difficultés à transpercer une défense isérois bien en place. Les hommes du duo Travers-Labit s'en remettaient ainsi au pied droit de Rory Kockott qui réussissait trois pénalités dans le premier acte. Mais dans le même temps, Clément Darbo passait également deux coups de pied et le FCG était toujours dans le coup avant la pause...

Avant la pause, ou plutôt avant cet effort de la première ligne castraise car à partir de là, la domination du CO n'allait que croître. Dans le sillage de Claassen et Bornman déchaînés en troisième ligne, les Tarnais prenaient le dessus. Et sur le banc de touche, Laurent Travers insistait pour que son équipe se montre ambitieuse et recherche les pénaltouches afin de se rapprocher au plus vite du point de bonus offensif. Ses hommes allaient d'ailleurs vite le faire puisque Bornman, parfaitement servi par Kockott, inscrivait le deuxième essai des siens dès le retour des vestiaires (42e). Le break était réalisé (23-6) et le CO restait sur sa lancée. Incapables de réagir, les Isérois se laissaient déborder et ne parvenaient plus à sortir de leur camp.

Castres laisse filer le bonus

Après plusieurs occasions franches gâchées, c'est même encore la mêlée de Castres qui faisait la différence. Toujours aussi serein, le paquet tarnais profitait du carton jaune infligé à Veyret et de sa supériorité numérique pour mettre à nouveau son homologue isérois au supplice... D'où le deuxième essai de pénalité accordé par l'arbitre (65e). L'essai de la délivrance pour le CO puisqu'il était alors synonyme de bonus offensif. C'était néanmoins sans compter sur l'abnégation et le pouvoir de réaction des pensionnaires du FCG. Il fallait attendre les ultimes minutes pour voir enfin les hommes de Fabrice Landreau relâchés et entreprenants.

Et dans un match déjà marqué par quatre cartons jaunes au total (Bonello et Wannenburg à Castres, Buto et Veyret à Grenoble), les Castrais payaient cher le carton rouge infligé à Pedrie Wannenburg pour un deuxième jaune à la 79e. Dans la foulée, leurs adversaires campaient sur la ligne d'en-but et enchaînaient les pick and go. C'est finalement le deuxième ligne, Cyril Veyret qui marquait l'essai et privait le CO d'un bonus offensif qui lui semblait pourtant promis. Un point abandonné que les Tarnais pourraient longtemps regretter malgré ce premier succès de la saison (30-13).