Montage caballero ouedraogo - castres montpellier - 11 mai 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Barrages Top 14 2013, Castres-Montpellier (les duels du match) - La bataille des airs

Caballero-Ouedraogo, la bataille des airs

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 11/05/2013 à 12:31 -
Par Rugbyrama - Le 11/05/2013 à 12:31
A l'image de Yannick Caballero et Fulgence Ouedraogo, Castrais et Montpelliérains devraient se livrer à un beau duel aérien. Les duels du match.

Samson-Gorgodze

Icon Sport

Habituellement excellent sur l'aile de la troisième ligne, où il est notamment très précieux en tant que premier soutien à ses attaquants, Mamuka Gorgodze a joué les derniers matchs du Top 14 dans la cage. Il faut dire qu'avec son 1m95 et ses 119 kg, la mêlée héraultaise n'en souffre pas. Certes moins influent dans le jeu au large, le géorgien permet de stabiliser la conquête de son équipe. Il retrouvera en face de lui un deuxième ligne en pleine confiance, Christophe Samson, au profil plus longiligne et excellent sauteur. Tout juste auréolé de quatre sélections avec le XV de France, l'ancien clermontois et toulonnais est devenu une pièce maîtresse du pack castrais. Les blessures de Tekori au CO et de Papé chez les Bleus lui ont permis de s'imposer aux yeux du grand public.

Caballero-Ouedraogo

Icon Sport

Ces deux joueurs sont les archétypes du troisième ligne moderne, à la fois puissant, coureur et sauteur. Bref, Yannick Caballero et Fulgence Ouedraogo sont des flankers complets. Le premier est rompu aux joutes du Top 14. Titulaire indiscutable avec le CO depuis 2009, Caballero est un vrai poison pour les attaques adverses. Coureur infatigable, très bon preneur de balles et plaqueur de tous les instants, il est le poumon de Castres. Indispensable. Même son de cloche du côté de Ouedraogo. À lui seul, l'international aux 31 sélections symbolise le renouveau du MHR. Sans lui, Montpellier n'est pas la même équipe. Capitaine exemplaire, sa pointe de vitesse et son punch dynamitent souvent les défenses adverses.

Kockott-Paillaugue

Icon Sport

Ce match de barrage va offrir son lot de styles opposés. Le duel le plus regardé va sûrement être celui des demis de mêlée, où les profils sont radicalement opposés. D'un côté, Benoît Paillaugue, le numéro 9 par excellence. Auteur d'une saison majuscule, son petit gabarit lui permet d'allier agilité et vivacité. Techniquement très précis, il se révèle aussi roublard que pouvait l'être son entraîneur, Fabien Galthié. La bonne école. Face à lui se dresse l'une des révélations de ces dernières années, le sud-africain Rory Kockott. Excellent buteur (326 points), mais également scoreur (6 essais), le robuste castrais (1m80 pour 92kg) fait figure de lien perpétuel entre avants et trois-quarts. Il n'hésite d'ailleurs pas à venir se frotter aux hommes du pack, et bien souvent, il s'échappe plein champ après avoir éliminé son vis-à-vis.

Andreu-Nagusa

Icon Sport

Choc des extrêmes à l'aile entre l'international français, Marc Andreu (6 sélections), et le puissant montpelliérain, Timoci Nagusa. Du haut de ses 1m70, le trois-quarts aile de Castres aura fort à faire pour contenir la vivacité et la puissance du fidjien, qui accuse 100 kg sur la balance. Toutefois, habitué à être confronté à plus lourd que lui, Andreu a déjà inscrit 7 essais cette saison en Top 14. Doté d'appuis remarquables et excellent finisseur, le Varois d'origine est souvent sollicité près de la ligne d'en-but adverse où il parvient à franchir les défenses les plus hermétiques. Nagusa, parfois fébrile en défense, n'a rien à lui envier en matière d'explosivité, même s'il se distingue particulièrement dans les courses de longue haleine.

 
 

commentaires


  • lima6311/05/2013 13:06

    que le meilleur gagne 2clubs que j'aime beaucoup et qui progressent chaque saison