Rory Kockott - castres perpignan - 1 novembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Castres: L’imbroglio Rory Kockott

Castres: L’imbroglio Kockott

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 03/01/2013 à 18:37 -
Par Rugbyrama - Le 03/01/2013 à 18:37
Alors que depuis quelques heures, de nombreuses informations semblent évoquer un clash entre Rory Kockott et Castres, le club a calmé le jeu.

Quatrièmes du classement, malgré une récente défaite contre le Stade toulousain à Pierre-Antoine (16-18), les Castrais réussissent un bon début de saison malgré l’annonce du départ à la fin de la saison du duo d’entraineurs Labit-Travers. Pourtant, depuis quelques heures, une polémique est à la une de l’actualité du club tarnais. Selon RMC Sport en effet, le demi de mêlée du CO, Rory Kockott, serait actuellement engagé dans un bras de fer avec son club. Parti en vacances en Afrique du Sud et dispensé de la rencontre de samedi face à Grenoble, il aurait demandé à être libéré de sa dernière année de contrat afin de pouvoir partir en juin. En cas de refus des dirigeants castrais, il aurait menacé de ne pas finir la saison avec Castres, toujours selon RMC.

Kockott énigmatique

Dans la journée, le meilleur réalisateur actuel du Top 14 avec 207 points en 14 rencontres a même laissé un message énigmatique sur son compte Twitter : "Peu de monde pourra comprendre. Seul quelques-uns connaissent la vérité. Il vaut mieux parler quand on sait". Que faut-il comprendre derrière les lignes ? Une envie de retour vers l'Afrique du Sud, un départ vers le Racing-Métro avec ses entraineurs ?

Face à l’ampleur que prennait ce "clash", le club tarnais a ainsi décidé de lever le silence durant la journée, se fendant d’un communiqué sur son site. "Comme suite aux différents articles de presse évoquant la situation de Rory Kockott, le Castres Olympique précise que ce joueur dispose d’une année de contrat supplémentaire si le club est qualifié en Heineken Cup et qu’il sera par contre libre si le club n’est pas qualifié pour cette compétition. Le club lui a par ailleurs octroyé une semaine de congés pour assister au mariage de sa sœur en Afrique du Sud. Le club souhaite tout naturellement que les parties respectent leurs engagements contractuels et maintient toute sa confiance en Rory Kockott qui ne l’a jamais menacé de ne pas reprendre ses activités contrairement à ce qui est affirmé dans les colonnes de L’Equipe du 3 janvier 2013". Dans cet incroyable imbroglio, dur désormais de dénouer le vrai du faux. Une chose est certaine cependant, le club tarnais perdrait énormément si le demi de mêlée sud-africain venait à partir.