Top 14

Castres au finish

Castres Olympique38 - 36Perpignan

Au terme d'un match de haut vol, les Castrais ont réussi à arracher la victoire sur le fil contre les Perpignanais grâce au pied de Rory Kockott (38-36).

 
Castres au finish - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Le ton était donné d’entrée par les hommes du duo Travers-Labit. Dès la première minute de jeu, Kockott combinait avec son ailier Andreu dans le côté fermé pour le premier essai de la partie. L’on pouvait d’ores et déjà s’attendre à une rencontre plaisante à suivre. Ce fut le cas tout au long de la première période, avec deux formations évoluant de façon totalement libérées. Aux relances explosives et dévastatrices de Dulin, l’Usap répondait par des mouvements de grandes envergures et des contres assassins. Des joueurs comme Charteris, Strokosch ou Taofifenua multipliaient les incursions dans la ligne de trois-quarts et s’illustraient par des passes après contacts ou sur un pas, dignes des plus grands arrières.

Malgré quelques en-avants ici et là, le score allait rapidement enfler. A la demi-heure de jeu, une très longue phase de jeu catalane amenait Charteris en bout de ligne. Le géant gallois fixait puis donnait à Planté pour l’essai. L’Usap passait devant (10-8). Mais les dix dernières minutes du premier acte accouchait du festival Brice Dulin. L’arrière du XV de France confirmait son énorme potentiel en déchirant à deux reprises le rideau Sang et Or pour délivrer deux offrandes, la première à Mach, la seconde à Kockott en tapant à suivre. Le trou était fait à la pause (23-16), mais Perpignan restait dans les clous du bonus défensif.

Un match complètement fou !

Au retour des vestiaires, les Catalans accéléraient et se montraient très dangereux. Après une séquence folle de plus de deux minutes, qui mettait en lumière Hume, auteur d’une chistera après contact en passant les bras, Mélé servait Marty dans l’intervalle, plein axe, pour l’égalisation (23-23). A l’heure de jeu, Kockott avait déjà redonné l’avantage aux Castrais, mais l’Usap poussait encore, avec une percussion de Mafi qui s’enfoncait dans la défense locale. En fin de séquence, Strokosch était tout près de marquer lui aussi, mais finissait en touche…Cette rencontre mettait en exergue la qualité de la conquête tarnaise, face à la créativité catalane. Mais l’indiscipline des joueurs de Delpoux leur coûtait cher, permettant à Kockott et Castres de reprendre l’avantage à chaque fois que Perpignan réagissait. Le CO, ultra-réaliste à chaque incursion dans le camp adverse, réalisait un break à 13 minutes du coup de sifflet final (35-26).

Mais c’était sans compter sur l’énorme volonté catalane. L’Usap, réduit à 14 après l’expulsion temporaire de Guirado, parvenait à puiser dans ses ressources pour revenir une énième fois dans la partie, avec Planté qui s’offrait un doublé! Quelques instants plus tard, Mélé rajoutait même un drop et le staff Sang et Or commençait à envisager la victoire…(36-35). Là encore, c’était sans compter sur la puissance locale en mêlée fermée. Alors que quelques secondes auparavant, Hook ne trouvait pas la cible de plus de 50 mètres, Kockott réalisait l’exploit de passer une dernière pénalité très lointaine et en coin pour donner, à une minute de la fin du match, un court mais définitif avantage aux siens. Gagner à Castres n’est décidemment pas une mince affaire, quand l’on pense à l’envie, au talent et au courage que Perpignan a mis en œuvre ce jeudi…Pierre-Antoine reste inviolé, l’Usap ramène un point de bonus amplement mérité.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |