Sebastien BRUNO - clermont toulon - 10 novembre 2012 - Icon Sport
 
Top 14

Demi-finales Top 14 2013, RCT-Stade toulousain, Sébastien Bruno: "Toulon n'est pas rassasié"

Bruno: "Toulon n'est pas rassasié"

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 23/05/2013 à 16:12 -
Par Midi Olympique - Le 23/05/2013 à 16:12
Le talonneur de Toulon, Sébastien Bruno, a envie de frapper un grand coup, contre Toulouse, à Nantes...
 

Avez-vous savouré le titre de champion d'Europe ?

Sébastien BRUNO: Sincèrement, j’ai eu du mal à prendre conscience de la portée du titre européen. Dans nos chambres d’hôtel, la télé irlandaise n’a en effet que très peu parlé de la finale de H Cup. Loin de nos supporters, nous nous sommes donc très vite projetés vers le Top 14. J’imagine que le staff ne voulait pas que l’on soit parasité par l’effervescence régnant sur la Rade.

Le groupe est-il fatigué ?

S.B.: Oui. On a tous ressenti une certaine fatigue après la finale de H Cup. Jusqu’au mercredi, les mecs avaient les yeux cernés ; il y avait aussi quelques bobos à soigner. Le début de la semaine s’est donc essentiellement articulé autour de la récupération et de la vidéo. Le groupe a laissé des plumes contre Clermont. Ce fut l’un des matchs les plus intenses qu’il m’ait été donné de disputer dans ma carrière. Le retour à la normale s’est effectué le mercredi soir, lorsque nous sommes arrivés à Nantes.

Pensez-vous au doublé ?

S.B.: Et pourquoi pas, après tout ? Franchement, je n’ai pas l’impression que l’équipe soit rassasiée. Nous ne voulons pas nous arrêter là. Nous pensons au doublé, même si ce qu’il reste à accomplir est énorme. La question qui demeure est celle-ci : est-on capable de ressortir, six jours après la finale, un match de la même intensité ? Cette semaine, nous avons disséqué Toulouse à la vidéo. Nous savons que le Stade veut conserver son titre et qu’il monte incontestablement en puissance, ces dernières semaines. Les Toulousains pensent à cette demi-finale depuis quinze jours, peut-être même depuis leur élimination de la coupe d’Europe. J’ai quant à moi envie de prouver que la finale 2012 était un accident de parcours. Ce soir-là, la mêlée toulousaine nous avait fait souffrir le martyr. Mais ni Carl (Hayman, N.D.L.R.) ni Andrew (Sheridan, N.D.L.R.) n’étaient là. Les Toulousains voudront une nouvelle fois nous tester dans ce secteur de jeu. Mais nous répondrons présent. Bakkies (Botha, N.D.L.R.), qui avait très mal vécu la dernière finale, sera probablement d’accord avec moi...

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×