Top 14

Bruno: "Rien n'est écrit"

Alors qu'il attaque sa douzième saison en pro, le talonneur de Toulon, Sébastien Bruno évoque les enjeux de la saison à venir. Il réagit au tirage des poules de H Cup, le premier match amical vendredi contre le Stade français et aussi la suspension provisoire de Steffon Armitage.

 
Bruno "Faire attention" - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Après onze saisons passées dans le monde professionnel, est-ce que la reprise possède toujours la même saveur ?

Sébastien BRUNO: Oui, car chaque saison est différente: il y a des nouveaux visages, au club mais aussi dans les autres équipes, ces dernières se renforcent... Bref, on est toujours excité à l’idée de recommencer la saison. Il nous tarde de recommencer les matchs, et de s’étalonner pour savoir si l’on va se régaler ou si l’on va galérer.

Aviez-vous senti, l’année dernière, au même moment que le RCT irait aussi loin en Challenge et en Top 14 ?

S.B.: Nous savions que nous avions le groupe pour figurer dans les six premiers. Il était surtout important de recevoir en match de barrage (victoire contre le Racing). Le fait de jouer à Mayol nous a donné un avantage certain. Ensuite, nous savions aussi que nous étions capable de battre n’importe qui sur un match. Mais la finale contre Toulouse nous montre qu’il nous manque encore un petit quelque chose...

L’effectif du RCT a encore été largement chamboulé, cette saison, avec le départ de vingt-deux joueurs et l’arrivée de neuf autres...

S.B. : Oui, mais il y a tout de même eu moins d’arrivées que les années passées. Le groupe se connait bien, a beaucoup joué l’année dernière puisque nous avons fini la saison tard. Nous avons conservé des automatismes... sans oublier que les entraîneurs restent les mêmes: la reprise n’en sera que facilitée.

Vous allez jouer votre premier match contre le Stade français, y’a t-il une appréhension ?

S.B. : Oui et non... Nous avons réalisé deux séances en opposition cette semaine qui nous ont permis de regoûter au contact. L’intensité du match, même s’il s’agit d’un match amical, sera forcément supérieure. Ce sera difficile, mais on ne se prend pas la tête. L’important sera de faire un bon match à la maison.

Allez-vous suivre de plus près les performances des deux jeunes talonneurs toulonnais (Jean-Charles Orioli et Mickael Ivaldi) qui seront appelés à prendre votre succession ?

S.B. : Nous échangeons déjà régulièrement. Les choses se font naturellement, nous n’avons pas besoin d’un cadre défini ou d’un planning pour travailler ensemble. Je leur donne des conseils et ils me posent des questions de façon spontanée.

Avec un tel effectif, le RCT peut briller sur les deux tableaux...

S.B. : Oui, bien sûr... Mais vous savez, le sport de haut niveau tient à peu de choses. Dans l’esprit des supporters, nous serons champions cette année parce que nous sommes allés en finale l’année dernière. Ce sont des passionnés, c’est normal. Mais la réalité est plus complexe: nous n’avons gagné que de trois points contre Clermont, et nous aurions aussi pu gagner contre Toulouse si nous avions marqué en fin de match. Rien n’est écrit.

Que pensez-vous de la poule de H Cup dans laquelle Toulon figure ?

S.B.: La H Cup est une compétition particulière: les premiers matchs sont hyper importants. Il suffit d’une défaite pour se sortir de la course. Nous connaissons bien Montpellier, qui est une grosse équipe du Top 14. Cardiff se qualifie régulièrement pour les quarts de finale, et nous savons que Sale s’est renforcé en recrutant d’excellents joueurs (comme Richie Gray, deuxième ligne international écossais, ndlr.). La poule est équilibrée, et Toulon a sa carte à jouer.

Est-ce que le suspension à titre conservatoire de Steffon Armitage pour contrôle antidopage positif vous a affecté ?

S.B.: Je viens de l’apprendre à l’instant, par l’intermédiaire d’un ami qui m’a appelé. Je n’étais pas au courant pour Steffon. Je n’ai pas eu de nouvelles de la part, mais je ne pense pas que cela soit très inquiétant.

La cause viendrait d’un dafalgan codéiné...

S.B. : Oui, c’est ce que l’on m’a dit. Il faut toujours faire attention à ce que l’on prend... enfin j’en saurai davantage ce soir, à l’entraînement, car je suis pour l’instant à mon domicile et je n’ai pas eu de contact avec le club.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |