Marti - Bordeaux Bègles - 24 aout 2012 - Icon Sport
 
Top 14

Bordeaux-Bègles: Marti s’engage à rester

Bordeaux-Bègles: Marti s’engage à rester

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 15/01/2013 à 18:00
Le président de Bordeaux-Bègles, Laurent Marti, a annoncé qu'il resterait la saison prochaine au club, quelque soit l'avenir sportif de l'UBB.
 

Ce devait être une semaine “creuse“, isolée du Top 14. Or, c’est justement dans cette période que sont tombées deux nouvelles majeures pour l’avenir de l’UBB. Jeudi dernier, devant les partenaires du club, Laurent Marti a tordu le cou aux supputations sur son engagement: "Quoi qu’il arrive on continuera encore plus fort qu’avant. Et si nous devons affronter un malheur nous l’affronterons. Je serai toujours là". Voilà qui est clair, le président le restera la saison prochaine. Et le recrutement de joueurs du calibre de Jean-Baptiste Poux, Benjamin Sa ou Taiasina Tuifu’a, libres s’ils le souhaitent de rester en cas de descente en Pro D2, est un signal fort adressé à l’environnement.

Ibanez: "Du beau rugby, mais ça ne suffit pas"

Le lendemain, c’est une équipe profondément remaniée (sans douze des vaincus de Perpignan) pour affronter Gloucester en quête de sa qualification et musclée par la présence de neuf internationaux, qui a envoyé un autre message: l’Union est toujours bien vivante. Face à des Britishs malabars, les jeunes de l’Union ont frappé les esprits, le capitaine Gibouin exemplaire, le centre Brousse, le neuf Serin retenu chez les U20 tricolores, Chauveau et surtout, le pilier gauche Poirot, même pas 21 ans, merveilleux de force et de technique. Même Décamps de retour, Denêtre, Brana et Munro arrière et buteur sont aussi dans le lot des satisfactions. "Cet objectif est rempli", selon Raphaël Ibañez qui a également évoqué la confirmation de cet affrontement très intense: "J’aurai souhaité que les joueurs soient récompensés par une victoire pour leur enthousiasme, leur fraîcheur, leur énergie, leur intelligence tactique. Il y a eu du beau rugby mais on s’aperçoit que ça ne suffit pas pour faire la différence. La maîtrise nous fait défaut dans les dix dernières minutes. On va réfléchir, on va se mettre dans certaines situations de match puisqu’on vit depuis trop longtemps ce final qui nous coûte cher. Les joueurs sont largement capables de rectifier le tir. C’est à nous, les coachs, de renforcer ce message de leur donner encore plus de solutions".

Demeure l’enseignement principal: l’UBB épargnée par la sinistrose conserve ses vertus offensives, ses valeurs mentales et son sens du combat. Samedi, elle présentera face au London Irish un groupe quasiment identique. Ibañez souhaite que cette sortie soit une nouvelle opportunité pour certains en retrait des titulaires. Ensuite, il sera temps de préparer la réception du Racing à Moga.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×