Maxime Machenaud - racing toulouse - 9 aout 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Machenaud: "Bizarre de jouer contre Agen"

Machenaud: "Bizarre de jouer contre Agen"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 20/08/2012 à 09:23 -
Par Rugbyrama - Le 20/08/2012 à 09:23
Le demi de mêlée tricolore du Racing, Maxime Machenaud a retrouvé ce samedi Agen, l’équipe qui l'a révélé au plus haut niveau avec ses nouvelles couleurs du Racing. Auteur d’une prestation convaincante malgré l’émotion, il raconte sa rencontre pour notre site.

Quel est votre sentiment au sortir de ce premier match de championnat ?

Maxime MACHENAUD: Ce ne fut pas une rencontre facile. Nous avons eu droit à un vrai match de reprise, avec beaucoup de déchet: il y a eu des ballons tombés, des en-avants... Agen a réalisé une belle entame, et s’est appuyé sur une bonne mêlée dans le premier acte, qui nous a déstabilisé.

Comment se sont passées les retrouvailles avec votre ancienne formation ?

M.M.: Il y a eu de l’émotion, forcément. Il est toujours bizarre de jouer contre un club avec lequel on jouait quelques mois auparavant. Voir ses copains en face, ça fait drôle ! Mais c’est le jeu, et je l’accepte.

On vous a vu vous accrocher à plusieurs reprises avec quelques joueurs agenais...

M.M.: Un peu, oui, je pense avoir manqué de lucidité à certains moments. Je savais qu’on allait me chercher. Les Agenais me connaissent bien, et savent que je suis nerveux ! Cela s’est senti en début de match. D’autant que la rencontre, en elle-même, était frustrante pour nous car nous n’avons pas beaucoup eu le ballon dans le premier acte.

Comment expliquez-vous ces nombreuses fautes en première mi-temps ?

M.M.: Notre conquête n’a pas été bonne: notre mêlée a été pénalisée à plusieurs reprises à cause d’un problème de liaison que nous avons réussi à corriger par la suite. Nous avons commis plusieurs en-avants, et donc rendu de précieuses munitions à l’adversaire. A l’avenir, nous devrons nous appliquer à tenir davantage le ballon, car cela nous a réussi en deuxième mi-temps.

Malgré cela, le Racing a trouvé les ressources pour s’imposer...

M.M.: A la mi-temps, nous nous sommes dit que l’on ne pouvait pas faire pire, alors que nous n’avions que cinq points de retard (17-12, NDLR.). Nous avons corrigé nos liaisons en mêlée, et même réduits à douze contre quinze, chacun a puisé dans ses réserves pour tenir son rang. J’ai eu l’impression que nous étions mieux qu’eux physiquement. C’est de bon augure pour la suite, mais cela ne sera pas suffisant. Un gros défi nous attend pour la semaine prochaine et la venue de Toulon.