Heguy - Biarritz Bordeaux - 1 décembre 2012 - AFP
 
Article
commentaires
Top 14

Biarritz s'en sort bien


Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 02/12/2012 à 12:37 -
Par Rugbyrama - Le 02/12/2012 à 12:37
Alors que les Biarrots semblaient avoir le match en mains, les Bordelo-Béglais ont grapillé leur retard petit à petit et ont échoué à trois points du succès.

Il y a très exactement un mois, Vincent Etcheto déclarait que "Si Bayonne avait réussi à s'imposer à Aguilera malgré la pauvreté du jeu proposé, il n'y avait pas de raison que l'UBB ne puisse pas venir faire un résultat à Biarritz". En égratignant ainsi les Bayonnais, il a fourni malgré lui un sujet de motivation tout trouvé aux hommes de Serge Milhas et John Isaac. Des Biarrots qui n'avaient pas besoin d'une telle déclaration pour mesurer l'importance de ce match. Avec une 7ème place au classement et 6 points de retard sur Grenoble, c'était là une occasion en or de se replacer dans la course à la qualification. D'autant que les Grenoblois devaient aller ferrailler au stade Mayol de Toulon. Les cartes étaient bien différentes pour des Bordelo-Béglais qui produisent certes beaucoup de jeu mais qui ne sont pas souvent récompensés de leurs efforts cette saison. Leur statut de premier relégable est évidemment loin des ambitions du début de saison et le manque de points se fait cruellement sentir.

Le réalisme basque

Et ils pourront s'en vouloir longtemps de ne pas être parvenu à concrétiser leurs temps forts de la première période : car en effet, celle-ci s'est limitée la plupart du temps à du jeu au pied tactique, à des chandelles, du jeu d'avants, des mêlées et à un duel de buteur. À ce petit jeu, Dimitri Yachvili est depuis longtemps passé maître et a permis à ses coéquipiers de meubler le score, avec 15 points à son actif dans cette première période. Dans le même temps, son homologue Béglais, Nicolas Sanchez, ne passait qu'une de ses tentatives pour plusieurs échecs (15-3 en faveur de Biarritz à la mi-temps).

La révolte girondine

La seconde période voyait pourtant cette formation de Bordeaux-Bègles enfin déployer ses ailes et montrer ce dont elle était capable : rien moins que trois essais sont venus récompenser les mérites de cette équipe toujours courageuse dans l'adversité. Un doublé de l'ailier Metuisela Talebula et un dernier du remplaçant Camille Lopez, qui n'est pas pour rien dans la renaissance de sa formation en seconde période. De son côté, Biarritz a inscrit l'essai qui lui a permit d'éviter la catastrophe grâce à une mêlée conquérante et un départ au raz d'Imanol Harinordoquy, qui fêtait là son retour aux affaires de belle manière.

Une victoire aux forceps pour les basques, qui auraient pu s'éviter une telle empoignade s'ils avaient osé jouer plus tôt dans le match. Ils ont donné le sentiment de ne pouvoir proposer du jeu qu'une fois mis dos au mur. Pour les Bèglais, un match plein d'enseignements et le sentiment que cette défaite bonifiée vaut presque une victoire. L'UBB n'est plus relégable ce soir et peut respirer.