Top 14

Biarritz: Rodriguez face à la crise

Nommé entraîneur par intérim avec Mathieu Rourre pour pallier les évictions de Jack Isaac et Serge Milhas, le manager du Biarritz olympique, l’ancien troisième ligne du XV de France Laurent Rodriguez sait l’ampleur de la tâche qui l’attend. Et reconnaît "avoir aussi des responsabilités".

 
Biarritz: Rodriguez face à la crise - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Laurent Rodriguez connaît la musique de la crise. Celle qui tourne en boucle quand rien ne va, quand les défaites s’empilent dangereusement et que les victoires se font trop rares. Le manager du Biarritz olympique l’a déjà vécu à Brive, en 2006. Lanterne rouge après seulement huit matchs, il quitta prématurément le club qu’il entraîna. Si Biarritz n’est pas lanterne rouge, les résultats sportifs décevants auront eu raison des deux entraîneurs, Serge Milhas et Jack Isaac.

Voilà pourquoi celui qui a été prié de prendre les rênes des entraînements du BO ne peut s’empêcher d’avoir une pensée pour ses prédécesseurs : "J'ai moi aussi mes responsabilités, en tant que directeur sportif, de la situation actuelle. J'ai une pensée pour Serge Milhas et Jack Isaac car je les sais malheureux. J'ai connu cette situation, on culpabilise beaucoup, on en veut beaucoup à d'autres personnes également et ils ont raison car ils ne peuvent pas être entièrement responsables. Malheureusement, tous les présidents de clubs vous expliqueront que quand il faut réagir, c'est souvent les entraîneurs qui sont pris à partie".

Intérim ou solution durable ?

Le duo Rodriguez-Rourre restera-t-il en poste jusqu’à la fin de la saison ? Nul, hormis peut-être le président Serge Blanco, ne le sait. Dans un souci d’efficacité immédiate, celui-ci a logiquement privilégié la solution interne : "celle aussi qui nous permettra de ne pas faire n'importe quoi car c'est souvent le cas quand on doit prendre une décision rapidement", commente Rodriguez, "Le président a fait appel à Mathieu Rourre et moi-même car on connaît bien les joueurs, le club depuis des années. Après cela n'arrête pas les recherches pour autant. C'est difficile de vous donner un délai. On est dans une période de réflexion. Si on ne trouve pas de solution, est-ce que la meilleure sera de garder cet intérim là ? On verra, c'est l'avenir qui nous le dira, on a des rencontres à venir, on prendra notre temps".

De toute évidence, il est encore trop tôt pour parler d’avenir. Pour l’heure, le BO doit relever la barre. Et vite. A ce sujet, Rodriguez se veut confiant : "Ce n'est pas compliqué, c'est même la semaine la plus facile car les mecs sont attentifs après la déconvenue du week-end dernier (défaite contre le Connacht 22-14, ndlr). Là, c'est une aubaine, il y a de l'application, les mecs ne voudront pas passer à côté deux fois d'affilée. Cela ne veut pas dire que l'on va gagner vendredi mais ils ont pris conscience que ce qu'ils ont réalisé au Connacht n'est pas digne d'une équipe engagée en Coupe d'Europe". Et le manager-entraîneur d’ajouter : "Vendredi les joueurs auront à cœur de montrer d'autres valeurs que celles montrées au Connacht". De la paroles aux actes.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |