Top 14

Biarritz, le tube de l'été

Biarritz Olympique27 - 8Montpellier Hérault Rugby

En disposant de Montpellier (27-8), Biarritz conserve son invincibilité et confirme sa belle forme. Mais le BOPB rate sur la fin le bonus offensif.

 
Biarritz, le tube de l'été - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Les conditions climatiques, pourtant, étaient idéales. Peu de vent, un grand ciel bleu... De quoi espérer une rencontre plaisante. Il n’en fut finalement rien. Dans un match surtout marqué par l’indiscipline et les innombrables en-avants, le Biarritz olympique a tout de même su préserver l’essentiel: une victoire, construite en dix minutes. Dix minutes qui risquent, d’ailleurs, de faire parler.

Timoci Nagusa tout d’abord, à la 54e minute et alors que le BOPB était accroché (6-3), se retrouvait étrangement expulsé dix minutes. A la suite d'un coup de pied par-dessus du demi de mêlée Julien Tomas, l’ailier fidjien montait au duel et, dans les airs, s’accrochait avec Aled Brew. M. Marchat, aiguillé par son juge de touche, dégainait un carton jaune et laissait le MHR à quatorze. Une infériorité numérique immédiatement sanctionnée: le centre biarrot Charles Gimenez profitait d’un bon ballon récupéré par l’ailier gallois Aled Brew, parmi les meilleurs joueurs de la rencontre samedi, pour relancer et percer le premier rideau défensif adverse avant de servir Ngwenya. L'ailier américain était repris à 5m de la ligne d'en-but adverse. Il parvenait tout de même à retrouver Balshaw intérieur qui filait à l'essai (13-3).

Deuxième carton, deux autres essais

La sanction était déjà lourde. Elle allait devenir insurmontable. Sur le coup de renvoi consécutif à l’essai de Balshaw, Thomas Combezou écopait à son tour d'un carton jaune extrêmement sévère, pour un plaquage supposé à retardement. Montpellier évoluait désormais à treize et encaissait deux essais. Le premier par le troisième ligne aile Benoît Guyot, qui profitait d’un bon travail de Ngwenya pour filer à l’essai. Le second sur un exploit personnel du jeune Yann Lesgourgues, décidément en grande forme en ce début de saison et qui récupérait un coup de pied par-dessus pour lui-même pour aller aplatir sans opposition. 27-3 à la 68e minute. La messe était dite.

Que raconter d’autre? Pas grand chose, tant le reste du match fut indigent. Du combat haché, un nouveau record d’en-avants (32), des mêlées à répétition et une réussite qui fuyait les buteurs (1/5 pour Barraque, 0/3 pour Trinh-Duc). La décision est finalement venue d’un coup du sort. Malheureux, les Montpellierains pourront se féliciter d'avoir, au moins, privé un concurrent direct du bonus offensif: à la dernière minute, l’ouvreur international François Trinh-Duc, replacé au centre, glissait un coup de pied dans le dos du rideau défensif biarrot que Combezou reprenait avant d'aplatir. Sans effusion de joie.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |