Top 14

Biarritz dans tous ses états

Victorieux à Gloucester jeudi et qualifiés pour les demi-finales du Challenge européen, les Biarrots se déplaceront à Perpignan dimanche pour un match crucial avec seulement deux jours d'entraînement collectif en raison de la mise en quarantaine du groupe.

 
Biarritz dans tous ses états - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Décidément, Biarritz est au centre de l'actualité. Sportive d'abord car grâce à sa victoire acquise sur le terrain de Gloucester (41-31) jeudi soir, le BOPB s'est hissé dans le dernier carré du Challenge européen. Et peut ainsi encore espérer conserver son titre dans cette compétition. "On voulait défendre notre petite coupe", en souriait Imanol Harinordoquy sur le site du club. Surtout, l'équipe basque, si un périlleux déplacement au Leinster en demie s'annonce pour elle, s'est offerte une fin de saison pimentée. Et si l'en croit le capitaine et troisième ligne, c'est avant tout le fruit de l'abnégation et du courage des troupes: "On a mis du cœur dans la bataille. […] Notre jeu a été basé sur le combat et les fondamentaux. […] On s'est appuyé sur une bonne conquête, des ballons portés et surtout une bonne défense".

Préparation atypique

Biarritz vit aussi une actualité chargée car le club, toujours en lice pour accrocher la septième place en championnat qui peut être qualificative pour la prochaine H Cup en cas de victoire française en Coupe d'Europe, n'a pas le privilège de préparer son déplacement crucial à Perpignan – son concurrent direct – comme il le souhaiterait. L'effectif basque est ainsi mis en quarantaine en raison d'un cas d'oreillons. Si le match a été décalé à dimanche (14h15), les hommes de Didier Faugeron n'auront pas d'entraînement collectif avant vendredi. Du coup, il faut s'adapter. "Nous avons mis en place une plate-forme sur laquelle les montages vidéos du jeu de Perpignan est à disposition des joueurs, et envoyé des emails à chaque joueur pour expliquer les montages, a souligné le technicien dans Midi Olympique. Et chacun a reçu son plan de préparation physique". 

Avec cette préparation forcément atypique, les Biarrots, pour réaliser un nouveau coup, chercheront donc à mettre l'accent sur les secteurs dans lesquels ils excellent. Pas seulement selon Harinordoquy: "Il faut qu'on aille vers le fait de tenir le ballon. […] Nous devons confirmer et insister dans ce qu'on fait dernièrement. C'est plus facile de tenir le ballon que de défendre. Nous n'avons pas encore franchi ce cap. Il faut qu'on travaille là-dessus". Car si le BOPB veut continuer à exister sur un deuxième tableau, il n'a pas le choix: il doit l'emporter à Aimé-Giral. "Mais, attention, à Perpignan, ce ne sera pas du rugby virtuel", prévient Faugeron.

 - Midi Olympique@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |