Top 14

Biarritz chute à Colombes

Racing Métro 9213 - 12Biarritz Olympique

A Yves-du-Manoir, les Biarrots ont subi une deuxième défaite de rang face au Racing (12-13). Le BOPB repart avec le bonus défensif.

 
Biarritz chute au Racing - Rugby - Top 14AFP
 

Comme un air de déjà vu. Ce match entre le Racing-Métro et Biarritz a étrangement ressemblé au scénario de Clermont-Racing (déjà) d’il y a deux semaines. Les visiteurs basques se déplaçaient ainsi à Colombes avec Ngwenya, Lauret, Traille ou Balshaw sur le banc et le secret espoir de culbuter les Franciliens lors des vingt dernières minutes. Comme le RM92 en Auvergne, les Biarrots ont échoué ce soir. D’un rien. D’une pénalité de Peyrelongue plutôt, qui, décalé sur la ligne des 22 mètres, à gauche des poteaux, manquait la pénalité de la gagne à cinq minutes du terme. Dans la foulée, Damien Traille, qu’Eole n’avait pas voulu aider plus que de mesure sur une tentative de 50 mètres, s’essayait à un drop venu d’ailleurs. Hélas pour lui et les Basques, ce privilège est réservé aux Racingmen (Steyn en 2010, Estebanez il y a deux semaines)…

Alors voilà, malgré une grosse domination dans les derniers instants, Biarritz s’est heurté à une défense très dense du Racing qui connaît, à son tour, les joies d’une victoire étriquée. La première heure de jeu avait offert une très belle opposition entre deux prétendants sérieux aux phases finales. Peu de jeu au pied ou alors à bon escient (Estebanez, 26e par exemple), la recherche systématique des intervalles et la volonté de faire vivre le ballon après contact. Dans ce cadre attrayant, les Racingmen privilégiaient les ailes quand les Biarrots insistaient dans un axe francilien quelque peu poreux. Les deux options généraient des dividendes, sur pénalité. Si l’on excepte le seul essai du match marqué par Saubade. Sur interception, l’ailier du RM92 lançait idéalement les siens vers une victoire que l’on pouvait imaginer cousue de fil ciel et blanc lorsque le BO était mené de dix points, au quart d’heure de jeu. Mais, comme il y a deux semaines, cette entame n’était en rien gage de sûreté.

Le Racing résiste

Julien Peyrelongue le rappelait en première mi-temps en inscrivant neuf points, permettant aux Biarrots de coller aux basques des Racingmen. Vint alors le temps de la fatigue et du banc. Biarritz lançait ses cadres et mettait la main sur un match qui baissait quelque peu de rythme. Les minutes s’égrainant, le Racing s’en remettait à la puissance de Qovu pour avancer et les choix se faisaient moins virevoltants, au service d’une sécurité qui devait assurer aux Biarrots plusieurs temps de jeu et aux Franciliens l’assurance de ne pas commettre l’irréparable en se faisant contrer ou pénaliser dans une zone dangereuse. Mise à part la fenêtre ouverte pour Peyrelongue qui manqua donc, les Ciel et Blanc se féliciteront de leur résistance et de leur sang-froid pour ne pas offrir d’autres opportunités aux hommes de Jack Isaac de les crucifier. Biarritz repart forcément déçu de cette confrontation de haut vol mais pourra capitaliser sur une performance très solide et la confirmation que son effectif est impliqué dans son ensemble. Finalement, les plus inquiets doivent être les Bayonnais qui vont jouer les Biarrots dans une semaine, à Anoeta, alors qu’ils restent sur deux défaites à domicile. Bon courage.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |