Bayonne Biarritz - AFP
 
Article
commentaires
Top 14

Bayonne-Biarritz (6-6) - Un derby basque sans aucune saveur

Un derby basque sans aucune saveur

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 02/03/2013 à 00:29 -
Par Rugbyrama - Le 02/03/2013 à 00:29
Bayonne et Biarritz n'ont pas réussi à se départager au terme d'un derby basque cadenassé (6-6). L'Aviron peut regretter les nombreux points laissés en route.

Il ne semble que personne ne soit étonné que ce Bayonne-Biarritz ait été verrouillé, cadenassé, bridé, mais engagé à tous les instants. C’est le lot des derbies basques. Celui-ci n’a pas dérogé à la règle. Peu de points et pas d’essai. Pour le reste, ce fut sans saveur et pollué par beaucoup de maladresses. Vainqueur à l’aller sur la pelouse d’Aguilera (15-16), l’Aviron bayonnais voulait remettre le couvert. Dommage. Il doit ce match nul à la faillite de ses buteurs: trois loupés pour Potgeiter, un pour Garcia en fin de match.

Bayonne, en première mi-temps, avait mis son emprise sur la rencontre, territorialement et dans la possession du ballon. Sous l’impulsion d’un Philipps tantôt brouillon, tantôt dynamiteur, l’Aviron a beaucoup tenté. Jamais réussi. De trop nombreuses maladresses ballon en main ont empêché les actions d’aller au bout. En mêlée, les deux équipes ont fait du "à toi, à moi" durant la majeure partie du match. Bayonne aurait pu posséder plus de points d’avance si Jacques-Louis Potgeiter ne s’était pas mis deux fois en échec en première mi-temps (6e, 21e). Les Biarrots, souvent pénalisés (six fois lors du premier acte contre trois pour Bayonne) ont subi physiquement. Ils reculaient sur les impacts. La précision au pied de Scott Speeding (20e, 22e) a mis le BOPB sur le reculoir, contraint de jouer dans ses 40 mètres en permanence. Et c’est suite à un très bon ballon porté (30e) après touche que les Bayonnais concrétisaient - enfin ! - leur bonne production au score (31e, 3-0). Potgeiter doublait la mise dans la foulée après un ballon haut repris hors-jeu par le BOPB (34e, 6-0).

Garcia ne donne pas la victoire

Il faut aussi signaler que les Biarrots n’ont pas été épargnés par les coups du sort avant et pendant ce match. Au dernier moment, Jean-Pascal Barraque devait suppléer Iain Balshaw touché à un mollet à l'échauffement. A la demi-heure de jeu, le capitaine, Imanol Harinordoquy, laissait lui aussi ses coéquipiers (côtes). Arnaud Héguy, sonné à l’heure de jeu, sortait en larmes sous les applaudissements de Jean-Dauger. Cela faisait beaucoup pour Biarritz, qui est tout de même resté dans le match… C’est là tout son mérite. Sans briller, en subissant et en résistant, cela a suffi. En pleine période de "mieux" de la part du BOPB, Yachvili permettait à son équipe de recoller au score (60e, 6-6), promettant une fin de partie à l’arraché. Mais c’est encore une fois la faillite des buteurs qui ralentissait le tableau d’affichage. Pour son premier essai, Garcia (73e) manquait l’occasion de donner l’avantage à son équipe en position pkutôt favorable. Au final, l’Aviron laissera échapper douze points au pied. Un chiffre énorme, même si Yachvili manquait lui aussi deux tentatives. Les deux équipes se séparaient donc sur un résultat nul. Une grande première.