Top 14

20e journée Top 14, réactions - Attoub (Stade français): "La qualification, c'est terminé"

La déception de Lanta, le soulagement d'Ibanez et de Quesada ou le constat amer mais lucide d'Attoub... Retrouvez les phrases marquantes du week-end.

 
Attoub: "La qualification, c'est terminé" - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Lanta (manager de Bayonne): "C'est une grande déception pour nous, parce que je crois que ce soir on avait les armes pour battre Biarritz. Mais on n'a pas su aller au bout des actions, à cause de trop d'erreurs techniques, de certains mauvais choix stratégiques. Les joueurs n'ont pas réussi à se lâcher. On regrette de ne pas avoir eu plus de réussite au pied, notamment en première mi-temps, ce qui aurait pu nous mettre plus en confiance".

Attoub (pilier du Stade français): "Il y a de la déception. Aujourd'hui (samedi), on voit la différence entre une grande équipe de Clermont et nous, on pagaye tous les week-ends. Il va falloir se remettre tous en cause pour bien finir les six derniers matches. Il y a eu des erreurs individuelles mais ce serait facile de se tirer dans les pattes, de rejeter la faute sur untel ou untel. On va voir la force interne du groupe: ou on explose ou on relève la tête. Pour la qualification (en phase finale), c'est terminé. On ne peut plus espérer être dans les six. Les autres avancent, nous on recule. Peut-être que la pression de la qualification a été trop grosse pour nous. Il n'y a qu'un seul mot d'ordre: finir en beauté."

Lucu (ailier de Mont-de-Marsan): "Ca a été un match âpre, face à une équipe très solide. C'est dommage, en première mi-temps, on les a un peu trop regardés jouer, les 25 premières minutes notamment. Après on a couru après le score, ils ont très bien géré le match. Il y a des choses à retenir, on a fait une bonne deuxième mi-temps durant laquelle on arrive à revenir au score. Puis on prend un nouveau coup de massue avec cet essai, c'est vraiment dommage, on a beaucoup de regrets".

Quesada (entraîneur du Racing-Métro): "On a cherché le bonus mais on ne l'a pas trouvé. On s'était bien préparé durant la semaine. On a eu notamment une défense très agressive et on n'a jamais été véritablement en danger. On a produit un gros volume de jeu. Mais il y a un peu de frustration de ne pas avoir le point de bonus offensif, on n'est pas complètement satisfait. La touche est le point négatif de notre match. Mais aujourd'hui on est à égalité avec Montpellier, quand on sait d'où l'on vient... A l'automne, c'était utopique (d'imaginer une série de 7 victoires, NDLR) mais on a beaucoup travaillé et on a su rebondir. Les joueurs sont passés à l'acte et ils vivent une belle histoire.

Pélissié (demi de mêlée de Grenoble): "Certes on peut avoir quelques regrets mais on est tombé sur une grosse équipe du Racing. En première mi-temps on a été naïfs et ce n'est jamais évident de prendre beaucoup de points rapidement. On s'est dit des choses à la mi-temps, on a su se remotiver car on était blessé dans notre orgueil de rugbyman. On a produit des choses intéressantes lors du second acte. C'est une petite satisfaction d'avoir empêché le Racing de ne pas avoir pris le point de bonus. Mais il ne faut pas oublier que l'on monte de Pro D2 et on ne veut pas paraître plus beau qu'on ne l'est."

Ibanez (manager de Bordeaux-Bègles): "Bravo aux joueurs, ils ont été grands ce soir, ils ont répondu à nos attentes et même au-delà. Sincèrement ce scénario, on ne pouvait que le rêver face à une équipe d'Agen qui était très agressive au début du match et qui a montré ses valeurs. Ce groupe a retrouvé des ressources sur un match capital et a permis à de nombreux supporteurs de vibrer avec lui. Après 20 minutes, je n'étais pas inquiet car notre conquête est assez régulière et notre défense n'a pas cédé. On sentait les joueurs crispés, c'est aussi la marque d'une équipe qui voulait gagner ce match. Ensuite, on a vu les joueurs se libérer, ce que l'on attend depuis longtemps, on aime les voir comme ça, avec le sourire, s'engager à fond, gagner leurs duels, être agressifs sur leur plaquage, une impression de constance et d'application collective qui nous a amenés vers la victoire. Ce qui m'a plu, c'est la capacité des joueurs à tenir l'intensité physique, à déborder l'adversaire ballon en main, à mettre de la vitesse. Voilà, c'est du rugby. On a un groupe qui a su répondre présent dans un moment décisif de la saison, cela nous donne espoir et le droit de penser encore plus fort au maintien. Mais le combat est loin d'être terminé, loin de là."

Labit (entraîneur de Castres): "Nous avons démarré la partie avec des intentions et on a fait une bonne entame. Mais on a pris ce contre de 80 mètres, après une superbe passe au pied de Trinh-Duc pour Amorosino et ça nous a fait douter. On commençait juste à revenir dans le bon tempo et Montpellier a encore marqué sur contre, après une perte de balle. C'était compliqué à ce moment-là. Heureusement qu'on est revenu juste avant la mi-temps, ça a redonné confiance aux joueurs. Ensuite, en deuxième période, on a bien maîtrisé. Avec Montpellier, notre compagnon de barrage, c'est toujours des matches un peu particuliers. On aurait pu les empêcher de prendre le bonus défensif et avoir le goal-average particulier, puisque nous avions perdu de sept points chez eux. Mais la pénalité a frappé le poteau et ce n'est pas immérité que les Montpelliérains repartent avec un point de bonus. On sera peut-être amené à se retrouver".

Artru (ailier de Montpellier): "C'est difficile de perdre un match comme ça alors que l'on menait 20 à 6 après une demi-heure de jeu. Nous n'avons pas su tenir le match. Les Castrais ont fait une très grosse deuxième mi-temps. Ils allaient plus vite que nous, ils étaient plus forts à l'impact. Nous nous sommes quand même accrochés et on a récupéré un point de bonus défensif, car leur buteur n'était pas en réussite. On se rend compte que nous avons un peu de mal à nous exporter. Mais tout n'est pas négatif dans ce match. Maintenant, nous allons recevoir le Racing et pour la qualification, il faut regarder dans le rétro".

Clerc (ailier de Toulouse): "Ca me paraît compliqué d'aller chercher les deux premières places, on a un calendrier un peu difficile, on va notamment à Clermont. Il faut qu'on se concentre sur la troisième place, et surtout qu'on se concentre sur notre jeu pour continuer à progresser et à retrouver la confiance qui nous faisait défaut il y a quelques semaines et qu'on commence à retrouver."

 

 

 

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |