Johnson Falefa - agen - 7 juillet 2012 - Icon Sport
 
Top 14

2012: Les échecs du recrutement

2012: Les échecs du recrutement

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 24/12/2012 à 15:10 -
Par Rugbyrama - Le 24/12/2012 à 15:10
Dans son bilan de mi-saison, Rugbyrama vous propose un tour d’horizon des échecs du recrutement. Avant de relever la tête en seconde partie de saison?
 
Icon Sport

Gabiriele Lovobalavu (Bayonne)

Qu’il est loin le temps où le Fidjien brillait au centre de l’attaque toulonnaise, prenant part aux phases finales avec le RCT. Plus ou peu utilisé dans le Var, Gabiriele Lovobalavu a pris cet été la direction de Bayonne. Sans grand succès. Blessé, titulaire à seulement trois reprises sans inscrire le moindre point sous ses nouvelles couleurs, il peine à s’imposer au centre de l’attaque basque, à l’instar d’un Joe Rokocoko toujours aussi discret, que ce soit au centre ou à l’aile.

Icon Sport

Sisa Koyamaibole (UBB)

Transféré de Lyon à l’intersaison, le Fidjien devait profiter de son arrivée à l’UBB pour rester en Top 14. Mais un comportement sportif comme extra-sportif inadapté aura finalement vite raison de son aventure en Gironde. D’abord arrivé en retard à la reprise des entraînements en juin dernier, Koyamaibole s’est ensuite rendu coupable d’avoir mordu Declan Danaher, joueur des London Irish, à l’occasion d’un match de challenge européen. Son absence devant la commission de discipline de l’ERC pour répondre de ces faits sera la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Licencié par l’UBB, Koyamaibole signera finalement mi-décembre à Libourne, en Fédérale 3.

Icon Sport

Ben Blair (Agen)

Recrue phare de l’intersaison agenaise, Ben Blair n’aura jamais porté les couleurs du club Lot-et-garonnais, si ce n’est pour la photo officielle. Arrivé en provenance de Cardiff blessé au genou droit, l’international néo-zélandais (4 sélections) a finalement annoncé en octobre dernier qu’il mettait un terme à sa carrière. Un autre coup dur pour le SUALG, qui connaît par ailleurs des résultats inquiétants et pointe toujours à la 13e place, premier relégable.

Icon Sport

Johnson Falefa (Agen)

L’ancien toulousain les accumule depuis qu’il a signé à Agen, à l’intersaison. Arrivé deux semaines en retard pour la reprise des entraînements, il s’est ensuite fendu de quelques sorties sur les réseaux sociaux... se moquant de sa propre équipe! Pourtant, pas de quoi pavoiser. Hors de forme physiquement, Falefa n’a connu qu’une seule titularisation, qui le vit quitter le terrain sur coaching dès la trentième minute de jeu... Plus globalement, son comportement jugé peu digne d’un joueur professionnel lui a valu depuis une mise à pied. Toujours officiellement joueur du SUALG, Falefa ne prend plus part aux rencontres. Un vrai flop du recrutement pour un joueur qui, s’il disposait indéniablement d’un potentiel important, ne semble pour l’instant pas dans les bonnes dispositions pour mener une carrière de haut-niveau.

Icon Sport

Antoine Guillamon (Toulouse)

Le temps dira si les Toulousains s’étaient définitivement trompés ou non. Sur les premiers mois, en tout cas, le jeune international (21 ans) n’a pas vraiment convaincu. C’est le moins que l’on puisse dire. Pas de quoi, en tout cas, justifier à court terme l’investissement financier du Stade toulousain sur ce joueur, débauché à Lyon au prix d’un contrat racheté. Après un passage par la case "réathlétisation" dès son arrivée, pour sculpter une masse colossale mais encore mal dégrossie, Antoine Guillamon peine depuis à se faire au niveau de jeu qu’exige une équipe comme le Stade toulousain. Apparu à seulement trois reprises sur une feuille de match et une seule fois titulaire, pour la réception de Mont-de-Marsan, il s’est très régulièrement montré en difficulté en mêlée fermée. Un bémol le concernant: signé sous le statut de joueur espoir, Guillamon dispose de quatre ans pour s’affirmer au très haut niveau.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×