Olly BARKLEY - 08.12.2012 - Racing Metro 92 / Edimbourg - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

2012: Les déceptions

2012: Les déceptions

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 27/12/2012 à 10:51 -
Par Rugbyrama - Le 27/12/2012 à 10:51
Révélations de la saison dernière ou stars recrutées à prix d’or, ils étaient très attendus mais n’ont finalement pas convaincu. Rugbyrama vous propose un tour d’horizon des déceptions de cette première partie de saison.
Icon Sport

Lucas Gonzales Amorosino (Montpellier): Auteur d’une saison 2011-2012 remarquable, auréolée du titre de meilleur arrière du championnat selon le Midi Olympique, l’Argentin est rentré du Four-Nations, disputé avec les Pumas, exténué. Depuis, il a enchaîné cinq rencontres, dont quatre titularisations à l’arrière du MHR, pour des prestations plus qu’anodines, n’inscrivant d’ailleurs aucun essai. Lucas Gonzales Amorosino n’est pour l’instant que l’ombre de lui-même…

Icon Sport

Gethin Jenkins (Toulon): Le pilier gauche gallois, considéré comme l’un des meilleurs spécialistes au monde, débarquait cet été à Toulon avec dans ses valises une réputation flatteuse. Cinq mois plus tard, force est de constater que Gethin Jenkins, 89 sélections, ne s’est pas imposé sur la rade. Loin de là, même. Car à son poste, un autre international, l’Anglais Andrew Sheridan, s’est rendu indispensable, ne laissant à Jenkins, sa doublure, que les miettes d’une titularisation à Toulouse, avec le reste des seconds couteaux varois.

Icon Sport

Olly Barkley (Racing-Métro): Recruté au sein du club francilien comme joker médical après les blessures de Benjamin Dambielle et Jonathan Wisniewski, l’international anglais n’a, cinq matchs dont trois comme titulaire plus tard, rien apporté au Racing-Métro. Plutôt transparent, il est surtout passé à travers lors de la défaite des siens à Colombes face à Mont-de-Marsan, seul succès des promus landais. Alors qu’il pouvait offrir la victoire aux Ciel et Blanc, Olly Barkley manqua deux pénalités de 25 mètres en face dans les derniers instants de la partie. Indigne de son statut (23 sélections avec le XV de la rose).

Icon Sport

Matt Berquist (Biarritz): Le BOPB cherchait un ouvreur de grande classe pour former une charnière de haut niveau avec Dimitri Yachvili. Il pensait tenir le bon, cet été, en signant une supposée pointure, Matt Berquist. Ancienne doublure de Dan Carter aux Crusaders puis de Jonathan Sexton au Leinster, le Néo-Zélandais est aujourd’hui celle de Julien Peyrelongue, et même de Jean-Pascal Barraque, à Biarritz. Seulement deux titularisations en Top 14, qui n’ont convaincu personne au Pays basque…

Other Agency

Lachie Munro (Bordeaux-Bègles): Arrivé en Gironde en provenance des Blues d’Auckland, ce trois-quarts polyvalent ne s’est finalement imposé à aucun poste au sein de la ligne d’attaque de l’UBB. Réputé pour être un attaquant redoutable, il paye notamment une prestation indigente à Toulon. Lachie Munro se retrouve aujourd’hui relégué comme le troisième ouvreur bordelais, derrière Camille Lopez et Nicolas Sanchez. Peut-être trouvera-t-il son salut à l’arrière, où Bruce Reihanna ne se fait plus tout jeune…