David Smith - toulon toulouse - 5 mai 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Le XV de la saison: les trois-quarts

Le XV de la saison: les trois-quarts

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 28/06/2012 à 16:20 -
Par Rugbyrama - Le 28/06/2012 à 16:20
Alors que la préparation pour la saison 2012-2013 est sur le point d’avoir repris dans tous les clubs professionnels, Rugbyrama vous livre son XV type de la saison dernière, basé sur le classement des étoiles Midi Olympique. Aujourd’hui, la ligne de trois-quarts, largement novice en Top 14.

Regroupant l’ensemble des étoiles attribuées au cours de la saison par Midi Olympique, ce XV type récompense les performances, mais aussi la régularité tout au long d’une saison de Top 14 perturbée, il faut le prendre en compte, par les échéances internationales très nombreuses. A noter par ailleurs que, hormis Henry Chavancy et Florian Fritz, toute la ligne de trois-quarts effectuait sa première saison en Top 14.

15 – Jean-Marcellin Buttin (Clermont)

Pour sa première saison dans le grand bain, le Clermontois a impressionné. Rapide, étonnement puissant malgré son profil longiligne, le jeune arrière (20 ans) a régalé toute la saison par ses relances instinctives. Un profil culotté qui lui assura d’ailleurs une place de titulaire en demi-finale, aux dépens de l’international gallois Lee Byrne. Buttin récolte finalement 24 étoiles, devant le néo-international Brice Dulin (23 étoiles) et l’Argentin de Montpellier Lucas Gonzalez Amorosino (21 étoiles).

14 – Blair Connor (Bordeaux-Bègles)

Inconnu avant d’entamer cet exercice 2011-2012, l’Australien de Bordeaux constitue une des surprises de ce classement. Pas forcément immérité. Auteur de 7 essais en 22 rencontres disputées, Blair Connor a su être le premier à concrétiser en points la boulimie offensive de l’UBB. Avec, en plus, quelques actions d’éclat. Avec 22 étoiles, il devance au classement le Perpignanais Adrien Planté (20 étoiles).

13 – Henry Chavancy (Racing-Métro 92)

Là encore, prime à la régularité. Très bon au cœur d’une ligne de trois-quarts de grand talent, Henry Chavancy a aussi profité de son association avec Fabrice Estebanez, remarquable pour sa première saison au Racing-Métro 92, pour prendre une dimension supplémentaire. Excellent défenseur, il est également une arme offensive de premier choix, capable de percer mais également libérer ses ballons dans le bon tempo. Avec 21 étoiles, il devance la révélation de cette saison, Wesley Fofana (19 étoiles), qui paie aussi la rotation importante au sein de l’effectif clermontois et un Tournoi des six nations le privant de deux rencontres.

12 – Matt Giteau (Toulon), Florian Fritz (Toulouse)

Impossible de départager les deux premiers centres opposés en finale du championnat (20 étoiles chacun). Pour les deux, on ne saurait parler qu’en positif de leur saison. Joueur complet, incisif sur la ligne d’avantage mais également très bon dans la lecture du jeu, Matt Giteau a confirmé son statut dès sa première saison en Top 14. Florian Fritz, toujours aussi précieux en défense et dans la percussion, continue sur sa lancée et reste une valeur sûre de notre championnat.

11 – David Smith (Toulon)

Toulonnais doit bien une partie de son excellente saison à sa perle du sud. David Smith, l’ailier aux appuis électriques, est d’ailleurs celui qui tira le RCT d’un bien mauvais pas, en barrage face au Racing-Métro 92. D’une accélération, il fit basculer une rencontre amenant jusque-là les Varois tout droit vers l’élimination. Symbole d’une saison où l’ailier d’origine samoane s’est montré décisif à de nombreuses reprises. N’est-ce pas ce qu’on demande, en premier lieu, à un ailier ? Smith termine l’exercice avec 20 étoiles au compteur, devant le Castrais Romain Martial (15 étoiles), qui paie son réveil tardif malgré une fin de saison en boulet de canon.

10 – Luke McAlister (Toulouse)

Là encore, une première année tonitruante en Top 14. Bien qu’il se soit légèrement éteint au cœur de l’hiver, le All Black Luke McAlister a fait l’étalage de tout son talent cette saison. Notamment dans l’animation du jeu. Surpuissant lorsqu’il agresse la ligne d’avantage, le Néo-Zélandais est aussi capable de coups de génie lorsqu’il s’agit d’envoyer ses camarades à l’essai. Pas grand chose à redire. Sa prestation en finale fut d’ailleurs du même tonneau, avec en plus de la réussite au pied, seul point qui lui manqua par moment cette saison. De quoi justifier ses 24 étoiles. Avec 18 étoiles, le jeune Castrais Pierre Bernard réalise également une saison pleine et termine deuxième ex-aequo avec le Clermontois Brock James. Prometteur.

9 – Heini Adams (Bordeaux-Bègles)

Quelle bombe ! Animateur insatiable et premier danger pour les troisièmes lignes adverses, le demi de mêlée sud-africain de l’UBB est un joueur aussi précieux pour son équipe que vénéneux pour l’adversaire. Heini Adams a impressionné et, pour le plaisir des Girondins, sera toujours bordelais la saison prochaine. En Top 14, il retrouvera notamment le Parisien Julien Dupuy (21 étoiles), le néo-Racingman et international Maxime Machenaud (20 étoiles) et le Biarrot Dimitri Yachvili (17 étoiles) qui le suivent au classement. Avec désormais l’effet de surprise en moins.