Bertrand Guiry - Perpignan racing - septembre 2011 - Icon Sport
 
Top 14

Guiry: "Un tournant positif pour Perpignan"

Guiry: "Un tournant positif pour Perpignan"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 12/07/2012 à 19:13 -
Par Rugbyrama - Le 12/07/2012 à 19:13
Pur produit de la formation catalane, le prometteur flanker Bertrand Guiry (23 ans, 1,93m, 106 kg), qui s’est illustré la saison dernière, aborde l’exercice 2012-2013 avec l’ambition de s’imposer dans un effectif qui s’est étoffé. Il évoque également le changement d’ère de Perpignan.
 

L’Usap compte de nombreuses recrues cette année, et notamment des joueurs étrangers. Quelles stratégies le staff a t-il mis en place pour faciliter leur intégration ?

Bertrand GUIRY: Pour l’instant, nous nous sommes concentrés sur la préparation physique : on souffre ensemble, c’est déjà pas mal ! (rires). En revanche, nous allons partir en stage ce dimanche pour une semaine. Les années précédentes, les chambres étaient composées par affinités. Cette année, c’est le staff qui a décidé des chambrées ! Ce sera une bonne occasion de partager, et d’apprendre à se connaître.

Avec qui partagerez-vous votre chambre ?

B.G.: Avec l’écossais Alaisdair Strokosch, qui arrive de Gloucester. Il va falloir que j’apprenne quelques blagues en anglais... (rires). Plus sérieusement, j’ai déjà eu l’occasion de discuter avec lui. Il n’est pas très expansif, mais c’est quelqu’un de très intéressant.

L’Usap est en train de prendre l’accent anglophone...

B.G.: Oui, c’est vrai. Les recrues devront faire l’effort pour apprendre rapidement les fondamentaux du français, mais cela ne modifie pas radicalement l’environnement du club. Si l’on fait le calcul entre les arrivées et les départs, il n’y a qu’un joueur anglophone en plus par rapport à l’année dernière. Tout le monde échange déjà bien. Et puis, il y a des joueurs anglophones qui sont à l’Usap depuis tellement longtemps qu’ils pourront même leur enseigner les bases du catalan !

Quelle recrue vous a déjà impressionné sur le terrain ?

B.G.: Je dirais le centre Lifeimi Mafi (arrivé du Munster). Il ne dispose pas d’un physique impressionnant (1,80m ; 87kg), mais il a du feu dans les jambes. De plus, il est très vif et puissant, il me tarde de le voir en match.

Sur un plan personnel, quel est votre objectif ?

B.G.: J’ai beaucoup joué au début et à la fin de la saison dernière, mais j’ai connu un creux de la vague en milieu d’exercice. Je n’étais pas blessé, il s’agissait tout simplement de choix du staff. Mon objectif pour la saison à venir est de jouer davantage, en toutes circonstances, tout au long de l’année. Beaucoup de cadres sont partis, et ceux qui sont restés devront faire le relai entre anciens et nouveaux. C’est très bien, car avec d’autres, nous avons très envie de nous investir davantage dans la vie du groupe.

Avez-vous le sentiment que l’Usap est à un tournant de son histoire ?

B.G. : Dans un sens oui. Je ne sais pas s’il s’agit d’un tournant... l’histoire nous le dira. Mais en tout cas c’est la première fois que je vois autant de changements à Perpignan : le staff, comme l’effectif, ont beaucoup évolué. A nous de faire en sorte que ce tournant soit positif pour l’Usap.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×