Clement Poitrenaud - 22.10.2011 - Toulouse - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Un Toulouse à mi-temps

Un Toulouse à mi-temps

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 25/10/2011 à 14:41 -
Par Rugbyrama - Le 25/10/2011 à 14:41
Malmenés en première mi-temps, réalistes en seconde, les Toulousains ont affiché un double visage ce samedi face à Bordeaux-Bègles. Au final, une large victoire (56-6), point de bonus offensif en poche, qui ne "reflète pas l'écart entre les deux équipes" dixit Guy Novès.
 

Depuis le début du championnat, c'est le plus gros écart enregistré lors d'un match. Avec cette victoire 56-6, le Stade toulousain prend par la même occasion la place de meilleure attaque du Top 14 avec 202 points inscrits. Et pourtant, tout n'a pas été si rose lors de la réception de Bordeaux-Bègles. Car, comme le confirme Guy Novès, "le score ne reflète pas l'écart entre les deux équipes".

Une victoire plus laborieuse qu'il n'y paraît donc. Pris à la gorge par l'enthousiasme et l'agressivité bordelais tout au long du premier acte, les Stadistes s'en remettent au pied et à la vista de Nicolas Bézy. Ce dernier, auteur des onze points de son équipe lors des 40 premières minutes, explique ce mauvais début de match par l'attitude des joueurs de l'Union: "Ils sont venus avec des ambitions, et ils nous ont bien contré". Le jeu des Girondins comme excuse, mais pas que...

"Durant toute la première, on joue le vent dans la figure, analyse Guy Novès. On ne pouvait jouer que d'une seule sorte: à la main, que ce soit avec des rucks ou au large". Qui plus est, avec un jeu au pied défaillant de la part de Lionel Beauxis, difficile de se donner de l'air. "Je n'étais pas dans un bon jour en première, commente l'ouvreur. Avec le vent contre nous, mes coups de pied de dégagement revenaient toujours". Pour sur, en ne jouant que dans son camp, le Stade pouvait difficilement se montrer dangereux...

Poitrenaud: "Avec le carton, le match bascule"

Au retour des vestiaires, les rôles sont inversés. Bordeaux-Bègles plie, mais ne rompt pas. Le tournant arrive à la 55ème minute où l'arrière Reihana écope d'un carton jaune. 10 minutes pendant lesquelles les hommes de Marc Delpoux subissent la marais toulousaine. Le bilan comptable est lourd puisqu'en ce laps de temps, 17 points sont inscrits. Comme le résume Clément Poitrenaud, "avec ce carton jaune, le match bouscule définitivement ".

Au final, le score grimpe jusqu'à 56 à 6. Une démonstration de la force offensive des Toulousains qui, avec ses sept essais, fait passer la déconvenue castraise pour un mauvais souvenir. "La défaite à Castres faisait tâche, commente Yannick Nyanga. Avec cette victoire, on montre que ce n'est qu'un accident. On est très content, même si des choses vont devoir être analysées à la vidéo".

C'est donc un match à mi-temps que les hommes de Guy Novès ont livré. Mais le réalisme affiché dans le deuxième acte est un gage de sûreté pour ces Toulousains qui attendent toujours le retour de leurs neuf internationaux. Le Stade français qu'ils reçoivent ce week-end est prévenu.