Top 14

Un Racing aux deux visages

Meilleure attaque et pire défense du championnat. Tel est le bilan du Racing Métro, qui vient de s'incliner face à Bordeaux, au bout de sept journées de championnat. Un constat qui en dit long sur le double visage que peuvent arborer les hommes de Pierre Berbizier depuis le début de la saison.

 
Un Racing aux deux visages - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Vendredi soir, aux alentours de 23 heures. Les Racingmen quittent le stade Chaban-Delmas, la tête basse. Pour cause, ils viennent de subir un revers tout aussi surprenant que logique face au promu Bordelais (22-18). "On a fait de bonnes choses pourtant," résume Jonathan Wisniewski. Et c’est bien ce "pourtant" qui blesse : le Racing attaque bien mais sa défense est perméable.

La preuve par les chiffres : depuis le début de saison, les Franciliens sont tout bonnement meilleure attaque (190 points inscrits) et pire défense (169 points encaissés) du championnat ! Une inconstance qui les place à la sixième place du Top14. Jusque là, rien de vraiment alarmant. Mais il ne faudrait pas que cette situation dure trop longtemps. Sous peine d’énerver encore un peu plus Pierre Berbizier…

Berbizier : "Nous sommes tous petits"

Cette nouvelle défaite à l’extérieur – la quatrième depuis septembre – qui plus est face au plus petit budget du championnat, a semblé irriter au plus haut point l’ancien sélectionneur de l’Italie. Dans l’intimité de son vestiaire, il aurait même tancé ses joueurs sur leur attitude : "Nous avons le comportement d’une grande équipe, alors que pour le moment nous sommes tous petits". Mais s’il y en a au moins un qui se fait grand depuis le début de saison, c’est Jonathan Wisniewski. Auteur d’un sans-faute au pied (6 sur 6) vendredi dernier, l’ouvreur du Racing en est à sa 24ème tentative réussie de suite. Une statistique qui le place bien entendu en tête des réalisations (105 points) et de l’adresse (88,1 %).

Sauf que le Racing Métro ne peut pas se reposer uniquement sur la qualité de son buteur. Et la première mi-temps du match contre l’UBB en est le parfait exemple. Ultra-dominateur tout au long du premier acte, les Racingmen ont été incapables de concrétiser cette supériorité par un essai. Au contraire des Bordelais, qui, sur leur première incursion, aplatissent entre les perches. Une inconstance qui pourrait bien leur coûter cher, ce que confirme Julien Saubade : "Il ne faut pas que cette spirale dure trop longtemps. Nous devons réagir dès le week-end prochain à Colombes face à Toulon." Ne reste plus qu’à passer des paroles aux actes.

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |