Top 14

Un leader sur ses gardes

Toulouse se déplace ce vendredi (20h45) dans le prestigieux stade de Chaban-Delmas où il affrontera le coriace promu girondin. Comme l’Union Bordeaux-Bègles a clairement mis les petits plats dans les grands pour la venue du leader, la bande a Guy Novès se méfie de ce déplacement à risque.

 
Un leader sur ses gardes - Rugby - Top 14Eurosport
 

Le champion de France en titre n’en finit plus de caracoler en tête du classement de Top 14 : voilà dix journées que les Haut-Garonnais se sont installés au sommet du championnat. Ils n’ont jamais été rejoints depuis le week-end du 5 novembre. Le Mondial néo-zélandais, le Tournoi des 6 Nations... rien n’y aura fait. Rien n’aura eu raison des performances des Rouge et Noir qui ont su, grâce à un recrutement quatre étoiles et l’éclosion de quelques talents, gérer au mieux les fenêtres internationale.

Une véritable course en solitaire tant l’écart avec le dauphin clermontois a, par moments, été important : au soir de la dix-huitième journée, Toulouse comptait rien moins que huit points d’avance sur Clermont. De quoi voir venir, d’autant que l’agenda toulousain est chargé : dans trois semaines, les hommes de Guy Novès iront défier les surprenants écossais d’Edimbourg sur leurs terres pour gagner le droit de disputer une demi-finale européenne. Alors, les Toulousains auront-ils la tête ailleurs au moment de défier le surprenant promu girondin dans le stade de Chaban-Delmas ?

Elissalde : "Bordeaux ? Le meilleur contre en touche du championnat"

La réponse est non. Pour deux bonnes raisons. La première est que l’écart, aujourd’hui, n’est plus si important (quatre points). En guise d’avertissement, les Toulousains – avec certes, une équipe remaniée - ont été corrigés à Marcel Michelin (35-5). La seconde est que l’effectif toulousain a encore payé un tribut à l’équipe de France : certains internationaux, comme Maxime Médard ou Vincent Clerc sont revenus blessés du Tournoi. D’autres (Dusautoir, Maestri, Poux) ont tout simplement besoin de souffler et de se ressourcer mentalement : " On traite au cas par cas : certains ont beaucoup joué, d’autres ont moins joué mais sont cuits mentalement après quatre semaine passées là-haut", expliquait mercredi Jean Baptiste Elissalde en conférence de presse.

Le leader se tient donc sur ses gardes. Et pas question de brûler les étapes : "Edimbourg ne fait pas partie des sujets de discussion. Nous restons concentrés sur cette belle et surprenant équipe de Bordeaux ", pose Elissalde. Et Yannick Nyanga de balayer d’un revers de la main l'évocation de la capitale écossaise : " On ne peut pas raisonner comme ça (…) On aborde une série de quatre déplacements, il est hors de question que le Stade toulousain, avec l’effectif dont il dispose, galvaude des matchs ". Elissalde surenchérit : " C’est une équipe complète, qui possède le meilleur contre en touche du championnat et de très bons joueurs de rugby : j’entends par là qu’ils s’adaptent en permanence à ce qu’ils se passent en face".  Les Toulousains, eux, veulent s’appuyer sur leur force de caractère, et les ressources mentales qui leur ont permis de s’imposer (34-27) face à Castres après avoir été menés de 17 points : " Malgré les éléments contre nous, comme les contres, les interceptions, les mauvais rebonds, L’équipe a su réagir avec son état d’esprit. Et nous avons constaté une légère amélioration dans notre jeu ". Qu’on se le dise, le leader monte en puissance.

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |