Top 14

UBB 2012 : Un grand cru

Le promu bordelo-béglais a réalisé un véritable tour de force en s’imposant face au leader toulousain (18-17). Un succès qui vira en une gigantesque communion entre le club girondin et son public, qui avait envahi le stade de Chaban-Delmas pour l’occasion. Qui aurait parié sur un tel résultat ?

 
UBB 2012 : Un grand cru - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Il fallait être à Chaban-Delmas samedi soir pour se rendre compte de l’euphorie qui a embrasé ce stade mythique au moment où Pascal Gaüzère a donné les trois coups de sifflets pour clore la rencontre. Le promu girondin, petit Poucet impétueux, entreprenant et surprenant à souhait, venait de triompher du champion de France et quadruple champion d’Europe. Une performance ahurissante, compte tenu des moyens somme tout modestes du club. Hormis Bruce Reihana, l’arrière all black, et le Bok Heini Adams (1 sélection) aucun nom clinquant figure sur les feuilles de matchs girondines: Chalmers, Avei, Delboulbès, Jaulhac, Purll, Lopez, Rey... L’argent ne fait pas tout, paraît-il. Cette cuvée 2012 de l’UBB en est au moins une bonne illustration.

A l’issue du match, et malgré le petit point qui séparait les deux formations, aucun Toulousain ne contestait le résultat. Pas même le Tricolore Louis Picamoles: "Bordeaux nous a posé beaucoup de problème, avec comme on s'y attendait beaucoup de rythme, trop de ballons perdus, trop de pénalités concédées pour espérer quoi que ce soit ce soir, même si on peut l'emporter sur la fin du match. Mais on vu de l'ensemble des 80 minutes, je crois que c'est un résultat logique. on est très déçu ce soir ". Eux-mêmes n’en revenaient pas : "On a battu le Stade toulousain", s’émerveillait comme un gosse l’exemplaire Matthew Clarkin.

Marti: "Un deuxième chapitre"

L’euphorie passée, tous avaient déjà le regard tourné vers l’avenir. Un avenir plus ou moins lointain. Pragmatique, le troisième-ligne néo-zélandais ne voulait pas voir plus loin que la semaine suivante: "Ce qui est important, c'est d'avoir pris quatre points au classement. Je pense que ça va changer le cours de notre saison. Mais c'est quand même bien aussi de battre le meilleur. On va fêter ça, mais le match de la semaine prochaine est encore plus important, on va tourner cette page et regarder celle de Lyon". L’excellent flanker Hugh Chalmers appelait aussi à la retenue: "C'est super, mais il n'y a rien de fait encore, il y a cinq matchs qui arrivent. Pour le moment on profite de la soirée, tout le monde a fait un gros match. Mais nous avons été notre pire ennemi : on a loupé des touches, fait des en-avants, des petites fautes. Ce soir tout le monde rit parce qu'on a gagné, mais on pouvait aussi perdre d'un point". 

Plus ambitieux et, qui sait, visionnaire, le président Laurent Marti voyait bien plus loin: "On va apprécier cette victoire qui nous permet d'aller vers une fin de saison où on doit confirmer notre maintien, mais surtout il faut prendre date aujourd'hui où on démarre le deuxième chapitre de notre histoire qui doit nous amener vers le titre suprême". On ignore de quoi sera fait l’avenir. Mais jusqu’à maintenant, le chapitre qu’ont écrit les Girondins est drôlement palpitante.

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |