Sylvain Marconnet - Biarritz - 18 mai 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Marconnet, ce géant

Marconnet, ce géant

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 02/07/2012 à 18:05 -
Par Rugbyrama - Le 02/07/2012 à 18:05
Rugbyrama vous propose un tour d'horizon des départs à la retraite les plus marquants en cette fin de saison. Le lauréat, Sylvain Marconnet.

1er: Marconnet Sylvain (36 ans) - Sa gouaille légendaire manquera au championnat. Vrai pilier polyvalent, le joueur historique du Stade français (il y a passé treize ans) a dû chambrer plusieurs dizaines d’adversaires au cours de sa carrière. Givordin de naissance, Marconnet s’est construit une belle expérience internationale (83 sélections). Présélectionné pour trois Coupes du monde, il n’en jouera qu'une, celle de 2003. En mars 2007, alors qu’il était partant certain, il se casse la jambe en faisant du ski et doit déclarer forfait. Intrépide, jovial, Marconnet en rigole aujourd’hui là où d’autres afficheraient des regrets éternels. Il a livré ses dernières espiègleries à Biarritz durant deux saisons. Révolu est le temps où Marconnet chambrait et se faisait chambrer par un stade entier. Une légende quitte le rugby hexagonal et amène avec lui une belle pléïade de première ligne...

2e: William Servat (34 ans) - Titre officieux de meilleur talonneur du monde en bandoulière, Servat se retire. Un peu malgré lui. Au moins, il ne risque pas de connaître la saison de trop. Il part au sommet, un troisième Brennus sur la cheminée. "La Bûche" s'est également mis trois H Cup de côté. Au fil de ses 49 sélections, il s'est rendu indispensable en Bleu. C'est pour ce genre de joueurs qu'on regrette d'autant plus l'épilogue douloureux de la finale du dernier Mondial... Successeur de Yannick Bru au talon, il l'est maintenant au poste d'entraîneur des avants stadistes. Et va pouvoir façonner "le tronc" Christopher Tolofua. Et si jamais une nouvelle pénurie de numéro 2 frappait la Haute-Garonne, un pigiste de luxe sortirait de sa retraite. Ca s'est déjà vu... Alors, vraiment fini ?

3e: Rodrigo Roncero (35 ans) - Pilier gauche redoutable, l'Argentin va cruellement faire défaut au Stade français et au Top 14. Il représente une génération extraordinaire de piliers pumas qui ont écumé les terrains de France. On pense à Martin Scelzo. Ou encore à Omar Hasan. Lui n'a pas une voix de tenor mais le hhirurgien a opéré avec succès bon nombre de ses assaillants en mêlée. Champion de France (2007), finaliste de la Coupe d'Europe (2005), cela faisait huit ans qu'il ambiançait la capitale. Fort de trois participations en Coupe du monde (2003, 2007, 2011), l'Argentin est un pionnier dans son pays. Il fait partie de ces Gauchos qui ont conquis le monde ovale. Jusqu'à intégrer le "Four Nations". Ce sera le dernier bal de Rodrigo. Masqué ou dansant, son départ va faire couler des larmes.

4e: Olivier Milloud (36 ans) - Pilier gauche de devoir, il représente la Berjallie. Celle d’avant la gestion calamiteuse. Celle qui fut grande pourvoyeuse de joueurs pour l’équipe de France. Besogneux, il pensait sûrement finir sa carrière au CSBJ. Pour sa dernière année professionnelle, il s’est offert une escapade au Stade français. Valeur sûre en mêlée fermée, l'homme au cou de taureau n'est pas le plus médiatique des avants français. Mais l'un des plus respectés. International (50 sélections), il a participé aux Coupes du monde 2003 et 2007. Avec lui, c'est un peu plus du rugby à l'ancienne qui se dérobe.

5e: Lionel Faure (34 ans) - Le Clermontois d'adoption s'en va. Né à Montauban, le pilier gauche a trouvé un club où esprit de famille et stabilité lui sied bien. Son premier cycle à l'ASM (1998-2001) a eu valeur de rite de passage. Il s'est ensuite aguerri à La Rochelle et Pau avant de traverser la Manche. A Sale, il acquiert un statut nouveau: celui de valeur-sûre. C'est d'ailleurs lorsqu'il évolue chez les Sharks qu'il gagne ses galons d'international. Il accrocha un titre de champion d'Angleterre (2006) à son palmarès. Avant de revenir au bercail par la grande porte. Membre éminent du groupe clermontois depuis trois ans, il a fêté son retour en Auvergne avec un Brennus en 2010. C'est ce qu'on appelle boucler la boucle.

Ils ont également pris leur retraite: Adri Badenhorst, Dan Human, Perry Freshwater, Alexandre Audebert, Alexandre Albouy, Olivier Olibeau Marius Tincu Denis Avril, Gérald Gambetta, Laurent Emmannuelli, Cyril Chavet, Gerrie Britz, Gregory Le Corvec...