Matanavou - 3 décembre 2012 - Toulouse Toulon - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Matanavou, meilleur rapport qualité-prix

Matanavou, meilleur rapport qualité-prix

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 09/07/2012 à 09:32 -
Par Rugbyrama - Le 09/07/2012 à 09:32
Ils n'étaient pas attendus à pareil niveau. Rugbyrama vous propose son Top 5 des bonnes affaires. Premier, le Toulousain Timoci Matanavou.

1er: Timoci Matanavou (ailier, Toulouse)

"C'est une aubaine, c'est une occase. P... c'est la plus belle affaire du siècle !" Timoci Matanavou redécouvrait l'élite après deux ans en Pro D2 au Stade montois. Il avait déjà joué en Top 14 en 2008, avec au bout 4 essais en 12 matchs. Pas mal dans une équipe qui redescend. A l'étage inférieur, il déroulait. Dix essais puis dix-huit ponctuaient deux saisons de haut vol. Pour sa première au Stade toulousain, il a cassé la baraque. Dix essais en Top 14 en vingt matchs dont deux triplés contre Bordeaux-Bègles et Montpellier. A 28 ans, le Fidjien savoure sa plénitude. Ses crochets et sa vitesse ont donné le tournis à toutes les défenses. En H Cup, il finit meilleur marqueur devant Rob Kearney avec huit réalisations alors que son équipe s'est arrêtée en quarts. Eloquent.

2e: Thierry Lacrampe (demi de mêlée, Castres)

Arrivé de Tarbes, Thierry Lacrampe débarque à Castres en même temps que Rory Kockott. Le Bigourdan semble partir de loin face au joueur rompu aux joutes du Super 15. Albouy écarté, Lacrampe va pourtant se tailler la part du Lion et forme une des charnières les plus fiables avec Pierre Bernard. A partir du 10 mars, il joue tous les matchs de son club sauf celui à Toulon. Vif, très malin et bon gestionnaire, il a confirmé tout son potentiel aperçu lorsqu'il jouait en Pro D2 ou en équipe de France -20. En barrages, c'est qui lui marqua l'essai des siens. Gros retour sur faible investissement.

3: Alexandre Bias (troisième ligne, Brive)

Dire qu'il n'était que mis à l'essai au début de son aventure briviste ! Le flanker a su convaincre Ugo Mola de le signer. Après des mois à lutter contre le cancer, Alexandre Bias vient de boucler une saison épatante. Admirable d'engagement et de combativité, le joueur participe à masquer les déficiences limousines. Il se transcende dans un collectif qui vivra un dénouement malheureux. Grâce à ses performances, il intègre Montpellier et jouera la qualification en phases finales et la H Cup cette saison.

4e: Sébastien Descons (demi de mêlée, Racing)

Champion de France espoir avec Perpignan, le demi de mêlée a tardé à éclore au plus haut niveau. Venu de Pau l'an dernier, le joueur de 29 ans partait numéro trois derrière Mathieu Lorée et Nicolas Durand. Aujourd'hui, il n'en reste qu'un: lui. Il s'est affirmé au point de convaincre Pierre Berbizier d'en faire un titulaire notamment grâce à un jeu au pied pointu. Résultat, il a joué 12 matchs titulaire et toutes les rencontres importantes depuis janvier. Avec Maxime Machenaud, la concurrence s'élève mais il aura tout de même du temps jeu vu les nombreuses échéances du Racing.

5e: Arnaud Héguy (talonneur, Biarritz)

Voilà un transfert qui a agité le microcosme basque. Le Bayonnais de naissance a dû se résoudre à quitter Jean-Dauger pour signer chez le rival biarrot. Barré par David Roumieu à l'Aviron, le talonneur débarque à Biarritz, mis en concurrence avec Romain Terrain et Benoît August. A 27 ans, le Basque s'impose comme un élément essentiel du dispositif biarrot. Dynamique dans le jeu, sérieux en défense et surtout précis dans ses lancers, Arnaud Héguy a terminé la saison avec 23 matchs à son actif, dont 15 en tant que titulaire. Dire qu'il n'a pas souffert de la concurrence, malgré la présence de deux bons talonneurs du Top 14 (en l'occurence Benoit August et Romain Terrain) n'est donc pas usurpé. Pour couronner le tout, le talonneur basque a vu sa disponibilité dans le jeu récompensée par deux essais.