McAlister - Toulouse Racing - septembre 2011 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Le Top 5 des matchs marquants de la saison de Top 14

Le Top 5 des matchs marquants de la saison de Top 14

Par Rugbyrama
Par Rugbyrama - Le 03/07/2012 à 18:00
Rugbyrama vous propose le Top 5 des rencontres les plus marquantes de la saison passée en Top 14. Du beau jeu, de la tension, des révélations, retour sur ces moments forts en 5 dates.

1er: Stade toulousain/Racing: 41-36 (10/09/2011)

Un bijou. Le plus beau match de l'année, sans aucun doute. Un véritable sommet de jeu entre deux équipes très ambitieuses en ce début de saison. Nous sommes seulement à la troisième journée du championnat quand Toulousains et Franciliens offrent un spectacle magnifique aux 20.000 spectateurs du Stadium. Sept essais, 77 points, un scénario incroyable, et tout cela en l'absence des internationaux partis en Nouvelle-Zélande pour la Coupe du Monde ! Menés de huit points à moins de dix minutes de la fin, le champion de France en titre renverse la situation grâce à un essai de plus de 80 mètres conclu par Jauzion, et deux pénalités de 45 et...63 mètres signées Luke McAlister ! Le Stade toulousain se replaçait alors grâce à cette victoire et réalisait qu'il ne s'est pas trompé en recrutant l'ouvreur néo-zélandais, auteur d'une performance de très haut niveau.

2e: Toulon/Clermont: 0-17 (03/09/2011)

Dès la deuxième journée du championnat, le RCT est humilié sur ses terres, à Mayol. Mis à mal par une formation auvergnate qui a décidé de se passer de quelques uns de ses meilleurs éléments (d'autres sont au Mondial en Nouvelle-Zélande), les joueurs varois sortent du match avec un grand sentiment de honte et provoquent la colère de leur président Mourad Boudjellal. Du côté clermontois, c'est le moment qu'ont choisi les jeunes pousses du club pour se montrer à leur avantage: Julien Bardy, Wesley Fofana, Jean-Marcelin Buttin, auteur du seul essai de la partie ou encore le fidjien Noa Nakaitaci, confirment tout le bien que l'on pensait d'eux. Toulon prendra sa revanche quelques neuf mois plus tard, en éliminant l'ASMCA en demi-finale à Toulouse.

3e: Les électriques derbys basques (29/11/2011 et 14/04/2012)

A l'aller à Aguilera, le BOPB s'impose 21-19. Le résultat, pourtant très important au vue de la situation délicate (Biarritz est alors dernier) dans laquelle se trouvent les deux clubs, va presque rester anecdotique. Même si Peyrelongue sauve les siens d'une pénalité sur la sirène, l'on retiendra surtout l'atmosphère irrespirable de ce centième derby. Et l'entrée sur le terrain de Lucien Harinordoquy, père d'Imanol, venu en découdre avec les Bayonnais lors d'une bagarre ! Au retour, le 14 avril à Jean-Dauger, l'Aviron, menacé de relégation, se défait de ses voisins biarrots (24-19) dans une rencontre une nouvelle fois très tendue et extrêmement fermée. Si le jeu ne fut pas au rendez-vous, ces rencontres ont vraiment marqué la saison de par leur dramaturgie et leurs scénarios incroyables...

4e: Castres/Stade toulousain: 24-3 (14/10/2011)

A Pierre-Antoine, les Tarnais attendent de pied ferme les champions de France en titre. Le CO réalise un match plein et est récompensé par la botte de Rory Kockott, auteur de tous les points de son équipe. L'indiscipline toulousaine met surtout en valeur la capacité des Castrais à produire de nombreux temps de jeu et à imposer un rythme soutenu. Les hommes du duo Travers-Labit prennent confiance et comprennent qu'ils peuvent franchir un nouveau palier. Ce qu'ils réaliseront en atteignant les demi-finales de la compétition, où ils s'inclineront face...au Stade toulousain.

5e: Bordeaux-Bègles/Stade Français: 39-6 (31/12/2011)

Les Parisiens se présentent à Chaban-Delmas avec une série de huit victoires au compteur, toutes compétitions confondues. Malheureusement pour eux, elle va rester bloquée à ce chiffre. La faute à des Bordelais survoltés et inspirés, qui réalisent leur match référence afin de prendre confiance dans la course au maintien. En cette fin d'année 2011, la défense parisienne n'est pas vraiment à la fête et encaisse pas moins de cinq essais. Une performance magistrale de l'UBB que l'on tenait à saluer, car elle est à l'image de sa saison réussie. Le promu s'est sauvé et ce grâce à une véritable qualité offensive. Les hommes de Delpoux n'ont jamais fermé le jeu. Un exemple à suivre pour les futurs arrivants Grenoble et Mont-de-Marsan ?