Jean-Baptiste Elissalde - Toulouse - 30 décembre 2011 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Elissalde: "On est dans le dur"

Elissalde: "On est dans le dur"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 15/04/2012 à 11:45 -
Par Rugbyrama - Le 15/04/2012 à 11:45
Éliminé de la H Cup, défait à Perpignan (10-25) vendredi, soit le troisième revers en quatre matchs, et touché par une vague de blessures dont la dernière en date de William Servat, le Stade toulousain traverse une période délicate comme le reconnaît Jean-Baptiste Elissalde. Mais lui veut positiver.

Quel sentiment vous laisse cette défaite à Perpignan ?

Jean-Baptiste ELISSALDE : Un peu mitigé. Je ressens de la déception car il y avait la possibilité de ramener quelque chose. Notre première mi-temps a été de qualité mais en deuxième, on aurait pu et dû faire mieux. Nous l'avons mal gérée. Mais je ressens aussi de la frustration car le carton jaune de Tolofua (57e) nous a fait mal. A partir de là, l'Usap a trouvé des ressources.

Votre décevante deuxième période rappelle celle d'Edimbourg...

J.-B. E. : Elle a été pauvre mais ce n'est pas comparable. Ce n'était pas du tout la même équipe. Et s'il faut positiver, je dirais que la réaction en première mi-temps montre que la défaite d'Edimbourg a été digérée. Maintenant, il faut se remettre au travail et essayer de vider l'infirmerie car là, on est dans le dur, avec notamment la blessure de William Servat (entorse du ligament latéral interne du genou droit sans rupture, N.D.L.R.) qui est venue s'ajouter.

Vous ressentez donc moins de colère après ce revers qu'après celui à Edimbourg ?

J.-B. E. : A Edimbourg, je n'ai pas été en colère, juste un peu plus piquant avec les joueurs. Mais je sais qu'ils vont chercher encore à s'accrocher, à se battre assez pour décrocher un match éliminatoire au Stadium de Toulouse (lieu des demi-finales, N.D.L.R.). Pour cela, il faudra une victoire.

Vous restez sur trois défaites en quatre matchs. Ne craignez-vous pas la mauvaise spirale ?

J.-B. E. : Enchaîner un match de championnat à Perpignan après une élimination en quart de Coupe d'Europe n'est pas chose évidente. Il faut prendre cela en compte. Et face à l'Usap, cela ne se joue pas à grand-chose mais nous avons eu trop de secteurs faibles pour espérer mieux.

Comment expliquer vos problèmes en conquête ?

J.-B. E. : Il est vrai que nous avons perdu des ballons et avons été pénalisés sur la conquête directe. Mais nous avons pu constater que Christopher (Tolofua, N.D.L.R.) a encore une marge de progression incroyable. Il y a beaucoup de secteurs à améliorer chez lui comme la touche et la mêlée. Mais c'est rassurant. Il n'a que 19 ans.