Alexis Palisson - Toulon Clermont - 3 juin 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Palisson: "Je pensais que Parra avait la distance"

Palisson: "Je pensais que Parra avait la distance"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 04/06/2012 à 16:23 -
Par Rugbyrama - Le 04/06/2012 à 16:23
A l'issue de la demi-finale victorieuse contre Clermont dimanche, l'ailier toulonnais, Alexis Palisson a exprimé son soulagement. Sorti avant la fin du match, c'est depuis le banc qu'il a assisté à la tentative manquée de pénalité de Morgan Parra, le buteur de Clermont, donnant la victoire au RCT.

Quel sentiment vous laisse cette rencontre ?

Alexis PALISSON: Je suis très ému. J'ai regardé la fin du match du banc, on n'est plus maître de rien. Je pensais sincèrement que Morgan (Parra) avait la distance, je l'ai vu souvent à l'entraînement et il était à l’aise. On a eu la pression jusqu'au bout et en plus, j’étais parti pour la prolongation car la pénalité part bien. Il ne manque pas beaucoup, un mètre je crois.

Sur le match, qu’est-ce qui fait la différence ?

A.P.: Il y a eu deux mi-temps, une seconde avec la pluie où on a vu moins de jeu. La deuxième partie de la première mi-temps, on arrive à les faire douter, on perce plusieurs fois, je pense que cela leur a mis le doute et un peu de pression sur les épaules. Malgré tout, en seconde mi-temps, avec beaucoup de pluie, Clermont semblait sûr de son jeu. C’est une très belle équipe qui sait jouer tous les rugbys et qui sait s’adapter aux conditions climatiques.

Les Clermontois se sont-ils trompés de tactique ?

A.P.: C’est vrai qu’ils ont beaucoup joué avec cette pluie. Et puis Brock James était très à l’aise au pied. Peut-être qu’ils ont voulu trop jouer mais c’est leur philosophie et ils n’ont pas démérité.

Vous vous attendiez à défendre sur le large comme ça ?

A.P.: C’est une équipe très joueuse mais on pensait qu’ils allaient s’adapter au temps et jouer un peu plus au pied pour nous mettre la pression sur les ballons hauts.

Vous retrouvez Toulouse en finale…

A.P.: C'est encore un gros morceau, une énorme montagne à gravir, mais on a vu que sur un match on était capable de battre les meilleurs. On ne part encore une fois pas favori, face au champion de France en titre, mais on va tout donner, sachant que, quoi qu'il arrive, ce sera les vacances pour tout le monde.

Est-ce que le risque, ce n’est pas de se dire que le plus important, c’était d’être en finale ?

A.P.: Non, je ne pense pas parce que nous étions déjà chanceux d’être en demi-finale avec ce match de barrage compliqué et la finale de Challenge perdue une semaine avant. Il n’y avait rien à perdre et cela nous a réussi aujourd’hui.