Reihana - Bordeaux 2011 - Icon Sport
 
Top 14

Montpellier au finish

Montpellier au finish

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 18/02/2012 à 16:56 -
Par Rugbyrama - Le 18/02/2012 à 16:56
Très réaliste sur ses temps forts, Montpellier réussit une excellente opération en s'imposant à Bordeaux-Bègles (30-26). Contré en première mi-temps et chahuté en conquête, le MHR a su faire parler son expérience. Malgré un doublé de l'ailier Connor, le promu girondin peut nourrir de gros regrets.
 

Le temps du gel et de la neige semblait bien loin, ce samedi après-midi, du côté du stade André-Moga, baigné par un soleil presque printanier. Ragaillardis par ce changement de température, Bordelais et Montpelliérains ont offert un spectacle de rugby impressionnant. Cinq essais en tout, et un de plus pour le MHR, qui s’impose finalement à l’extérieur pour la cinquième fois de la saison, grâce à un essai d’Alex Tulou (76ème, 26-30).

Jamais une des deux équipes n’a pris l’ascendant au score dans cette partie. Le suspens a été trimbalé d’un bout à l’autre du match, comme le ballon l’a été sur le terrain. A ce petit jeu là, Montpellier a été ultra réaliste. Ses incursions en terre ennemie ont été rares. Mais tout le temps récompensées par un essai ou une pénalité. Les hommes de Fabien Galthié ont subi trente minutes en première période, sans pouvoir réagir. Blair Connor en profitait pour marquer son premier essai, bien servi au pied par Bruce Reihana dans le dos de la défense (5e, 7-0). Dès lors, l’UBB ne fléchissait pas et continuait à maitriser son sujet. Camille Lopez, excellent dans l’alternance et face aux perches (16 points), distribuait le jeu des Girondins avec précision.

Dix minutes qui changent tout

L’expérience est finalement la seule différence qui permet d’expliquer que le résultat ait basculé d’un côté ou de l’autre. Dominés, les Héraultais n’ont pas paniqué, attendant plutôt une accalmie. Celle-ci viendra en fin de première mi-temps. En dix minutes, Montpellier passait d’un 10-3 contre lui, à un 10-13 en sa faveur. Le tout, grâce à un essai en bout de ligne d’Amorosino - bien servi par le renversement d’attaque orchestré par François Trinh-Duc - et une pénalité de Benoit Paillaugue, buteur du jour.

Excellente dans le jeu et la maîtrise tactique, l’Union Bordeaux-Bègles a peut-être perdu le match sur un détail. On joue la 45e minute, et l’UBB tape un long coup de pied directement en touche. Retour à l’envoyeur. Sur l’action suivante, Timoci Nagusa file derrière la ligne d’essai, sur une passe volleyée par François Trinh-Duc, l’ouvreur international français. Bordeaux peut s’en mordre les doigts. Et même si les hommes de Delpoux n’ont jamais rien lâché, ils ont dû s’incliner en fin de match. Le bonus défensif n’atténue probablement pas la peine des Girondins, qui peuvent être frustrés sur le contenu du match. Les Montpelliérains, de leur côté, n’ont jamais réellement paniqué. Ils ont fait preuve d’une grande maîtrise et d’un extrême réalisme dans le camp adverse. Avec un tel match, le printemps arrive plus vite que prévu. Et c’est plutôt une bonne nouvelle, en ces temps où le froid fait bien des misères sur les terrains de rugby.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×