david smith toulon 2011-2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Le tour de Midi Olympique

Le tour de Midi Olympique

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 27/09/2011 à 18:45 -
Par Rugbyrama - Le 27/09/2011 à 18:45
Comme chaque semaine, les envoyés spéciaux de Midi Olympique décryptent, à travers une anecdote, un joueur ou une image insolite, les moments forts de la dernière journée du Top 14. Ils mettent en avant les jambes de Bobo, la première de Poirot, les performances de Delonca ou celles de David Smith.

Agen/Toulouse: 23-24 - Nicolas AUGOT

Et Guy Novès est resté là. Sans bouger, le regard dans le vide, n'entendant pas les sifflets de tout un stade. Presque gêné d'un final favorable à son équipe pourtant cabossée de tous les côtés par des Agenais survoltés lors du second acte. On lui aurait tendu le micro du stade, le manager des champions de France se serait certainement excusé de ce cruel revirement de situation. Bien sûr, le talent individuel de Luke McAlister est exceptionnel et permet ce genre de rebondissement tant il électrise tout un stade à chaque prise de balle. Il est aussi certain que même les sports collectifs se nourrissent d'exploits personnels, ajoutant un peu plus de mystère, de magie, de sensationnel dans un scénario que tous les entraîneurs du monde voudraient structuré, écrit à l'avance, pensé avec minutie devant leur tableau noir. Et c'est d'ailleurs pour cela que Guy Novès ne pouvait certainement pas se satisfaire de ce succès où le talent individuel a fini par triompher.

Biarritz/Perpignan: 24-29 - Vincent BISSONNET

Guirado invité de dernière minute du XV de France, Tincu réquisitionné par la Roumanie et Géli propulsé, pour un mois, à l'infirmerie, Perpignan semblait fort dépourvu au poste, si primordial, de talonneur. Semblait, seulement. Car depuis quatre rencontres, un jeune Catalan de 23 ans, titularisé à une seule reprise en Top 14 avant cette saison, ne cesse de surprendre et de repousser ses limites. Maxime Delonca, néopro et produit de la maison Usap, s'impose en effet comme un des hommes en forme du remarquable début de saison des Catalans grâce à la qualité de ses lancers, à son activité en défense et à son courage balle en main. A Biarritz, il s'est encore démultiplié pendant quatre-vingt minutes, terminant quatrième meilleur plaqueur de son équipe et confirmant sa bonne tenue aux lancers. Maxime Delonca, assurément "le joker Coupe du monde" dont l'Usap n'osait pas rêver...

Castres/Brive: 30-24 - Jérémy FADAT

Alors bien sûr, Peyo Capdevielle, le vétéran de 37 ans sorti de sa retraite par Brive en début de semaine dernière et titularisé à Castres, a été la principale attraction corrézienne vendredi soir puisque le pilier expérimenté a réussi 76 minutes remarquables... Mais que dire de son remplaçant ? Jefferson Poirot, seulement 18 ans et qui pourrait être le fiston de Capdevielle. Avant la semaine passée, il n'était encore jamais apparu avec le groupe pro. Mais en raison de la pénurie de piliers qui touche le CABCL, il s'est retrouvé sur la feuille de match à Pierre-Antoine. Et quand l'âge de "Peyo" s'est fait un peu trop ressentir en fin de rencontre et qu'il a fallu lancer le jeune Poirot, tout le monde s'est demandé comment le gamin allait pouvoir tenir le choc face à la première ligne tarnaise... Qui plus est car il est entré sur une série de mêlée à cinq mètres de l'en-but de Brive qui aurait pu priver son équipe du bonus défensif. Et pourtant, la première a été relevée et sur la deuxième, il s'est parfaitement calé et a permis de faire tourner le paquet adverse. Un grand moment pour lui, comme il le confiait lucidement, et avec un recul surprenant, après la rencontre. Et ses partenaires qui sont tous venus le féliciter et qui, chacun, ont glissé un mot sympa sur son cas devant la presse, lui ont aussi rendu un hommage bien mérité.

Clermont/Bayonne : 19-13 - Benjamin POMMIER

Si l’ASM Clermont Auvergne est pour l’heure la meilleure défense du Top 14, ce n’est pas un hasard. Rugueux défensivement et bien en place tactiquement, les Auvergnats font depuis le début de saison preuve d’une incroyable solidarité. Et lorsque Vern décide d’aligner ensemble la paire de troisième ligne Vosloo-Bardy, Clermont devient un mur infranchissable. Exemplaire vendredi soir, le Sud-Africain a une nouvelle fois eu droit à l’ovation du public clermontois après une action de génie. Empêtrée dans les 30 mètres bayonnais en première période, l’ASM ne parvient pas à trouver la faille jusqu’à ce que le ballon n’arrive entre les mains de Vosloo. Ce dernier décide de taper un petit coup de pied dans le dos des défenseurs de l’Aviron. Un coup de pompe trop long, récupéré par Ziegler qui va être chassé puis mis au sol par Vosloo. Celui qu’il considère comme son "petit frère", Julien Bardy, arrive en second couteau et contraint l’ailier bayonnais a gardé le ballon au sol, entrainant une pénalité pour Clermont. Cotter glissera plus tard dans les vestiaires, que les deux Clermontois "font un concours de celui qui réalisera le plus grands nombres de plaquages destructeurs en match." Ziegler et consorts sont prévenus.

Racing-Lyon: 25-12 - Léo HUISMAN

On joue la 17ème minute entre le Racing-Metro et son double, le LOU, promu ambitieux, club structuré, équipe solide, grande métropole, un futur grand. Mais le Racing mène alors 13 à 0 et attaque dans les 22 lyonnais. On se dirige vers une victoire à cinq points quand Ratuvou, l’ailier fidjien de Lyon, sort de sa ligne, anticipe la passe de Jonathan Wisniewski, l’intercepte et s’en va inscrire un essai sur un contre assassin. Oui, cette action a rééquilibré une partie jusqu’alors à sens unique, mais ce n’est pas grâce à elle que Lyon a débloqué son compteur ce soir-là. La faute aux jambes de Sireli Bobo, ailier lui aussi, fidjien lui aussi, mais Racingman par contre, revenu du diable vauvert pour empêcher son compatriote de marquer les premiers points de son équipe. L’image était saisissante des immenses foulées de Bobo, 35 ans, accouru de son aile opposé pour défendre sa ligne. S’il est une arme fatale des Ciel et Blanc en attaque, le Fidjien du Racing-Metro peut aussi être utile en défense.

Montpellier/Union Bordeaux-Bègles: 16-20 - Guillaume VERDIER

Gerard Fraser se faufilait entre Escande et Lagarde pour s’en aller dans l’en-but montpelliérain et détruire par la même occasion les derniers espoirs de victoire du MHR… C’était à la 46ème minute et déjà, les Héraultais pouvaient se préparer au pire. Lagarde sortait ensuite à cause d’une béquille à la cuisse et Montpellier se retrouvait avec une charnière "biberon", composée d’Escande et Perraux. Deux anciens Reichels confrontés d’ores et déjà à la réalité de la situation: animer coûte que coûte le jeu héraultais, régulièrement à la peine, pour aller chercher un résultat "obligatoire". Difficile était leur tâche et le mal trop profond pour que la jeunesse change quoi que ce soit. Fabien Galthié avait beau descendre des tribunes pour prodiguer des conseils aux siens, aucune réaction ne subviendra. L’Union Bordeaux-Bègles réalisait une superbe opération et Montpellier, plus que jamais, est en proie au doute.

Toulon-Stade français : 34-8. Guillaume ALBERTO

Un homme au coeur de l'orgie offensive rouge et noire de samedi : David Smith, l'ailier néo-zélandais d'origine samoane du RCT. Déja auteur d'un essai en ouverture de la saison face à Biarritz, le Toulonnais a fait grimper ses statistiques samedi après-midi en allant aplatir deux fois dans l'en-but parisien. D'abord sur l'aile opposée en bout de ligne, ensuite en interceptant une passe de Paul Warwick. Mais ce n'est pas tout, l'ailier de poche est impliqué sur le troisième essai et sur le dernier où il est venu se proposer dans la ligne pour servir à hauteur Luke Rooney. Repéré par Philippe Saint-André, David Smith est la bonne surprise de ce début d'exercice. Après l'excellent George Smith de la saison passée, voilà un autre Smith qui brille au RCT. "Maintenant, dès qu'un joueur s'appellera Smith, on le recrutera" confie en souriant le président Mourad Boudjellal. Celui-là a déjà inscrit trois essais en cinq rencontres, ce qui en fait le co-meilleur marqueur du championnat avec Andreu, Lespinas, McAllister, Jauzion, Cronjé et Chavancy.