Byron Kelleher - Stade français perpignan - aout 2011 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Kelleher, le fiasco parisien

Kelleher, le fiasco parisien

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 01/07/2012 à 10:22 -
Par Rugbyrama - Le 01/07/2012 à 10:22
Rugbyrama vous livre son Top 5 des flops de la saison. A la première place, on retrouve le demi de mêlée du Stade français, Byron Kelleher. L'ancien All Black n'a été l'ombre que de lui-même.

1er: Byron Kelleher (Demi de mêlée, Stade français)

Tristesse ! Le meilleur joueur de la saison 2008, sous le maillot toulousain, aura quitté le Top 14 sans les honneurs, en laissant une image brouillée. Après avoir signé en faveur de Bayonne, il sera libéré de son contrat puis file au Stade français. Titularisé six fois seulement, il ne s’imposera jamais. Pour ne rien arranger, sa condition physique était loin d’être irréprochable... Finalement, dans un dernier imbroglio, sa retraite est annoncée. A tort. Le Bison est tenté par une dernière pige au Japon. Exotique.

2e: Willie Mason (centre, Toulon)

Willie Mason: Lui aura marqué à sa manière le RC Toulon. Sur le terrain, c’est un bilan plus que famélique: 74 minutes jouées. On le présentait comme le futur Sonny Bill Williams, issu du rugby à XIII, gros bras et puncheur émérite. Pâle copie finalement que ce joueur australien, très prévisible dans son jeu, guère volontaire et qui se gargarisa d’avoir ramassé un gros chèque sans avoir joué ou presque. Les supporters toulonnais n'avaient pas du tout apprécié et l'avaient fait savoir. Nul doute que Mourad Boudjellal évitera de reproduire une telle erreur de casting...

3e: Joe Rokocoko (ailier, Bayonne)

On attendait de lui qu’il dynamite le championnat et lance Bayonne vers le haut du classement. Finalement, l’ailier All Black (29 ans, 68 sélections) a traversé cette saison l’âme en peine. Joe Rokocoko a même été relégué sur le banc par Yoann Huget et Marvin O’Connor. Les statistiques parlent d’elles-même : zéro essai en treize matchs dont onze comme titulaire. Certes, Bayonne n’a pas écarté beaucoup de ballons mais qu’il est loin le phénomène des années 2000...

4e: Daniel Caprice (ailier, Biarritz)

Tout avait si bien commencé pour l’ailier anglais. Premier match avec le BOPB et premier essai. Dan Caprice a joué les cinq premiers matchs, tous comme titulaire puis a disparu de la circulation. Littéralement. A se demander s’il était toujours dans l’effectif biarrot ! L’ancienne star du VII était pourtant mis en avant pour sa vitesse supersonique, sa faculté à s’adapter à un nouvel environnement. Ce ne fut qu’une comète.

5e: Sione Lauaki (troisième ligne, Bayonne)

Le troisième ligne centre néo-zélandais (31 ans ; 17 sélections) aura fait parler de lui en France. Jamais en bien. Vern Cotter n’a pas réussi à le canaliser. Lorsqu’il jouait, il se muait en coffre à ballons. Exaspérant. A l’été 2011, il se fait attendre à Bayonne. Il débarque sur la côte basque avec plusieurs jours de retard. Et une condition loin d’être optimale. Dès fin septembre, la rumeur l’envoie à Toulon... Il restera chez les Ciel et Blanc et finira par exaspérer son monde. Fin décembre contre Castres, il multiplie les maladresses avec notamment un caviar pour le Tarnais Romain Martial qui file aplatir. En février, on diagnostique un dysfonctionnement rénal et un problème cardio-vasculaire. Au final, il aura joué onze matchs dont cinq en tant que titulaire.