Top 14

Le Racing au métier


Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 26/08/2011 à 22:16 -
Par Rugbyrama - Le 26/08/2011 à 22:16
Le Racing au métierLe Racing-Metro prend sa revanche sur Montpellier en s'imposant non sans mal à domicile (30-22) en ouverture du championnat. Bousculés en première période par des Héraultais décomplexés et efficaces, les Racingmen ont fait parler leur expérience et leur puissance. Pas de bonus pour Montpellier.
 

Montpellier a bien cru réussir un gros coup. Mais c'est à l'expérience que le Racing-Metro 92 a fait la différence. Dans un match où les approximations ont été nombreuses (pour une première, rien d'étonnant), le MHR et son équipe remaniée ont tout de même laissé entrevoir de belles promesses. Les Franciliens ont finalement fait la décision au terme d'une deuxième période parfaitement maîtrisée, lors de laquelle ils ont infligé un 13-6 à leurs adversaires. Le très bel essai du troisième ligne Jone Qovu (bien amené par un beau travail son demi de mêlée Nicolas Durand) a notamment permis aux Franciliens de se détacher au tableau d'affichage (58e), 27-22. Une penalité de Wisniewski (67e) finissait de sortir définitivement les Héraultais des clous du bonus défensif. Finalement logique, au vu de la maîtrise et de la puissance affichées par les Ciel et Blanc tout au long de ce deuxième acte.

Mais à la pause, rien n'était fait. 19-19, après une première mi-temps marquée par deux éclairs. Il y a tout d'abord eu celui d'Alex Tulou, le troisième ligne du MHR (18e). Il est vrai que sur cet essai, Montpellier a bénéficié de deux erreurs individuelles des Franciliens. Il y a eu cet en-avant de Benjamin Fall. Après un arrêt de volée, l'arrière tentait de jouer rapidement pour lui-même. Mais l'international se précipitait et laissait échapper le ballon. Voilà pour la première erreur. Introduction héraultaise donc, à l'entrée de vingt-deux mètres franciliens. Alex Tulou, le numéro 8, tentait un départ et feinte une "89" avec son demi de mêlée. La deuxième erreur, la voici : un peu court, Sébastien Chabal était pris sur son extérieur ne pouvait reprendre Tulou qui filait à dame. A ce moment du match, on se dit que Montpellier était peut-être en train de créer une belle sensation.

Un Racing à réaction

Menés 13-6 après une autre pénalité de Lagarde (20e), les Racingmen allaient tout doucement refaire surface. D'abord par la botte de Wisniewski (23e). Mais surtout, le Metro allait montrer l'étendue de son talent sur une relance partie de leurs propres 22 mètres. Le ballon parvenait jusqu'à l'aile, Fall passait par le sol. Chabal était au relais : il prenait un bouchon terrible mais l'image était trompeuse. Il parvenait à faire jouer Vakatawa d'une superbe remise intérieure. Ce dernier négociait idéalement un deux contre un pour Chavancy qui n'avait plus qu'à plonger en terre promise. La suite, on la connaît... Montpellier repart des Hauts-de-Seine les valises vides de points mais avec quelques regrets.

Au rang des satisfactions, il faut noter la belle performance du demi d'ouverture Raphaël Lagarde, qui se pose comme une doublure crédible de François Trinh-Duc. S'il ne possède pas la capacité à animer le jeu comme l'ouvreur international, son jeu au pied long est un atout indéniable. En atteste son drop monumental de près de 50 mètres en première période. A 22 ans, il doit et va encore mûrir. Montpellier aussi.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×