Servat - Toulouse - Juin 2012 - AFP
 
Article
commentaires
Top 14

Toulouse: Premier entraînement dirigé par Servat

Toulouse: Premier entraînement dirigé par Servat

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 17/07/2012 à 17:21 -
Par Rugbyrama - Le 17/07/2012 à 17:21
William Servat a dirigé ce lundi sa première séance en tant qu’entraîneur des avants du Stade toulousain.  Un baptême du feu durant lequel l’ex-talonneur a confirmé sa volonté de travailler dans la continuité de Yannick Bru tout en y apportant sa touche personnelle.

Jour de première pour William Servat au Stade toulousain. Treize ans après ses débuts en équipe première, l'ancien talonneur international (34 ans ; 49 sélections) a effectué son premier entraînement dans la peau de technicien en charge des avants toulousains. Un changement de costume qui n’a pas laissé indifférent le principal intéressé: "C’est une rentrée des classes différente avec une approche un peu particulière. Ce qui fait bizarre c’est la relation avec tout le monde qui a nécessairement évolué". Une séance durant laquelle, il a dirigé ses deux talonneurs, le Sud-Africain Gary Botha et Virgile Lacombe fraîchement engagé en tant que joker médical. Passer de joueur à entraîneur ne s’improvise pas. Pour "la bûche", ce passage de l’autre côté de la barrière s’est fait en douceur. "L’avantage c’est qu’ici tout le monde connaît le chef, c’est d’autant plus facile pour moi". 

Nouveauté et continuité

L’ancien talonneur du Stade souhaite ainsi mettre en place sa méthode: "Je vais essayer d’apporter une philosophie propre à notre équipe", indique t-il. Il ne veut pourtant pas tout balayer et compte bien s’inspirer de l’histoire du club. "Une chose est sur, c’est que nous allons garder beaucoup de choses qui nous ont servi par le passé à être performants. Je vais aussi travailler dans la continuité de ce que faisait Yannick Bru", a déclaré le technicien. En attendant, William Servat continue d’apprendre: "J'ai déjà fait une première session du DES (n.d.r.l: diplôme d'Etat supérieur) à Marcoussis (n.d.r.l : siège du Centre national du rugby), c'est une charge de travail supplémentaire"). Le métier d’entraîneur c’est aussi ça.