Brive Arnaud Mela Top 14 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Mela : "Là, on sait où on va"

Mela : "Là, on sait où on va"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 01/09/2011 à 18:11 -
Par Rugbyrama - Le 01/09/2011 à 18:11
Défaits à domicile par Agen dès la première journée, les Brivistes sont déjà en quête de points au moment de se déplacer à Montpellier samedi. Mais selon le deuxième ligne Arnaud Mela, à la différence de l'an passé, les Corréziens sont conscients d'entrée de ce qui les attend cette saison...

Avec du recul, avez-vous analysé les raisons de votre défaite contre Agen ?

Arnaud MELA : On a offert ce succès aux Agenais. Nous dominions, n'étions pas en danger mais l'équipe a craqué dans le dernier quart d'heure en faisant preuve d'une gestion défaillante. Au lieu de continuer à jouer simplement, nous avons voulu défendre notre avantage et on a rendu les ballons. Il y a eu de mauvaises décisions, des pénalités concédées sur des erreurs individuelles, ce qui a permis à Agen de toujours revenir dans notre camp. Brive a manqué de fraîcheur mentale. Les Agenais n'auraient jamais dû s'en sortir. Il faut relever la tête et repartir de l'avant. Certains nous prédisaient l'enfer et on leur a donné du grain à moudre... Maintenant, nous devons réaliser de bons matchs à l'extérieur. On a l'occasion de s'y jauger dès ce week-end.

Brive est-il déjà sous pression ?

A.M. : Non, mais quand on perd le premier match à la maison dès l'entame de championnat... On est parti pour galérer. Bien sûr, il n'est pas interdit maintenant de gagner à l'extérieur mais il faut être plus sérieux et disciplinés, faire moins de fautes bêtes. Nous n'avons pas encore le couteau sous la gorge. Il faut se remobiliser.

Craignez-vous de revivre une saison éprouvante, comme l'an passé ?

A.M. : Ce n'est pas pareil. L'an dernier, on a mis du temps avant de regarder notre situation en face. Ce n'est qu'en janvier qu'on s'est dit : « On est dans la merde. » Là, on sait où on va, on sait d'entrée qu'il faudra s'accrocher. Nous devons rester soudés. Il y a un bon état d'esprit dans ce groupe, il est sain. Il faut garder cette solidarité, avoir les crocs sur chaque match. Pour cela, il ne faut pas prendre de dérouillés. Nous nous en sortirons en étant une équipe de chiants.

Avec Simon Azoulai, vous faîtes partie des joueurs les expérimentés du groupe. Qu'essayez-vous d'apporter en ce moment ?

A.M. : On essaye d'amener de la sérénité, de rassurer les jeunes, leur faire comprendre que ce n'est pas si grave de perdre un match. Il ne faut pas se mettre la tête au fond du seau pour autant. Au contraire, nous devons continuer à travailler pour rebondir. Dans tous les clubs, il y a deux ou trois vieux. Notre rôle est de cadrer un peu les choses.

Brive a-t-il une obligation de résultat à Montpellier ?

A.M. : Pour la confiance, ce serait bien. Mais il faut rester lucide aussi. Avant tout, nous ne devons pas nous désunir et prendre une secousse. Gagner sera compliqué même si Brive peut le faire. Disons que l'objectif est de revenir avec des points. Un, ce serait bien. Quatre, ce serait génial.