Remi Lamerat - equipe de france moins de 20 ans -2010 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Castres: L'heure de Lamerat ?

Castres: L'heure de Lamerat ?

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 19/07/2012 à 19:32 -
Par Rugbyrama - Le 19/07/2012 à 19:32
Le trois-quarts centre castrais, Remi Lamerat, va enfin pouvoir débuter une saison sans pepins physiques. Une reprise qui tombe à pic pour cet éternel maudit.
 

Certaines carrières ne tiennent qu'à un fil. Un coup d'éclat, un essai mémorable, une première réussie...Pour l'instant, celle de Rémi Lamerat n'a pas encore connu le sort qu'elle mérite. La faute à deux blessures majuscules qui ont perturbé l'ascension de cet espoir du rugby français. Sa trajectoire est pourtant sans encombre jusqu'a ses 20 ans. Arrivé à Toulouse en 2005 à 15 ans, il glane des sélections nationales dans toutes les catégories d'âges, jusqu'à l'équipe de France des moins de 20 ans justement.

En 2009, il signe même son premier contrat professionnel avec le Stade toulousain à seulement 19 ans, après avoir séduit lors de quelques apparitions avec le groupe professionnel. Mais voilà, la situation se corse au moment où tout était peut-être trop beau: en mars 2011 avec Toulouse, il est victime d'une rupture du ligament croisé antérieur au genou droit. Ce qui n'empêchera cependant pas les dirigeants castrais de le recruter en fin de saison. Preuve que le CO croit en son potentiel. Remis de sa blessure, il porte le maillot tarnais à deux reprises en novembre 2011, avant de rechuter face à Bordeaux-Bègles. La même blessure, au même genou, Rémi est maudit...

Bernard: "Lui laisser le temps"

Enfin complètement guéri, il aborde donc la saison nouvelle avec un appétit énorme, presque dans la peau d'une nouvelle recrue. Son coéquipier et ami Pierre Bernard, qui s'est lui révélé cette saison, a confirmé: "Rémi a vraiment envi de franchir un cap. Mais il est encore très jeune et tout le monde attend tant de lui, il faut lui laisser le temps de revenir à son niveau. S'il y arrive, il s'imposera car il est très fort, notamment physiquement". Le natif de Sainte-Foy-La-Grande pourrait donc cette année enfin renvoyer l'ascenseur au CO et à la marque de confiance qui lui a été offerte, tout en confirmant le bien que le rugby français pense de lui. La tâche ne sera point aisée au regard de la concurrence de Cabannes, Evans, Baï, sans oublier Sanchou et Bonnefond. Mais après un an et demi de galère et à seulement 22 ans, Rémi Lamerat a la vie devant lui.