Mourad Boudjellal - Toulouse Toulon - 9 juin 2012 - Icon Sport
 
Top 14

Boudjellal dézingue à tout va

Boudjellal dézingue à tout va

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 10/06/2012 à 12:46 -
Par Rugbyrama - Le 10/06/2012 à 12:46
La défaite de Toulon en finale du Top 14 face à Toulouse a laissé un goût amer au président varois Mourad Boudjellal qui, s’il ne conteste ni le résultat du match ni la supériorité des Toulousains, s’en prend à plusieurs acteurs du monde du rugby.
 

La déception d’une finale perdue peut avoir des effets très différents selon les personnes. Certains plongent dans un impénétrable mutisme, alors que d’autres sont totalement désinhibés. C’est bien évidemment le cas du président Mourad Boudjellal, qui s’en est pris en conférence de presse aux différents acteurs du monde du rugby. Sans jamais citer d’instance ou de personnes, l’homme fort du RCT a toutefois clairement visé la commission de discipline de la Coupe d’Europe, qui a prononcé une suspension de quatre semaines à l’encontre de son pilier All Black Carl Hayman, qui avait reçu un carton jaune lors de la finale du Challenge européen. Mais la commission de la FFR et de la LNR réunie vendredi, à la demande du RC Toulon, a refusé de revenir sur cette mesure, demandant simplement "un complément d'information" à l'ERC, l'organisateur des compétitions européennes : "L'accusation (NDLR: l'ERC) n'avait pas de preuve. On a donc demandé à l'accusation de fournir des preuves. Mais en attendant, on a pénalisé la défense. En droit, ça ne peut pas exister". Mourad Boudjellal s’insurgeait aussi contre l’incohérence des décisions rendues par les différentes commission de discipline: "Comment peut-on accepter dans le rugby français que trois cartons rouges aient joué dès le match suivant alors qu'un carton jaune ne joue pas les quatre suivants ?"

"Si on avait été champions ce soir, je ne suis pas certain que je serais resté dans ce monde"

Si sa sortie sur le dossier Hayman était prévisible (la fragilité de la mêlée fermée toulonnaise a fortement handicapé les Varois), Mourad Boudjellal a, dans un second temps, tiré à boulets rouges sur les dirigeants du rugby. Extraits choisis: "Mon arrivée dans le rugby est un choix, contrairement à d'autres qui étaient formatés pour ça (...), qui ont gravi des échelons en ayant un langage consensuel, en ne dérangeant pas les choses. J'entends des présidents qui disent, "pourquoi il est sur le terrain ?" Je vais te le dire, pourquoi je suis sur le terrain: parce que je mets du pognon ! Essayez d'investir autant que ce que j'ai fait et vous pourrez jugez mes attitudes, ma façon de parler, mes émotions".

Le président varois a ensuite dépeint un monde du rugby aux acteurs vieillissants: "Le monde a changé. Déjà le minitel, c'est hyper moderne pour eux, ils sont largués ! Il faut laisser s'élever les nouvelles générations. Ils sont vieux, ils s'accrochent, ils se liquéfient presque pour certains. Ils vont rester et nous emmerder jusqu'à quand ? (...) Voilà ce que je pense du monde du rugby !"

Le président varois a également insisté sur sa bonne volonté quant au fait de faire évoluer le rugby dans le bon sens: "Ca fait six ans que je suis dans le rugby, ça fait six ans que je prend des coups parce que j'essaie de dire des vérités, des choses difficiles". Au détour d’une déclaration assassine, l’ancien directeur des éditions Soleil aura aussi laissé entendre qu’il aurait pu quitter ses fonctions en cas de victoire: "Je voulais dire aussi que Toulouse est un beau champion, je leur souhaite plein de choses. (...) Et malheureusement pour eux, ils vont devoir me supporter un petit peu plus dans le rugby. Si on avait été champions ce soir, je ne suis pas certain que je serais resté dans ce monde". Le Top 14 version 2012-2013 pourra donc compter sur la gouaille de l’une de ses plus intenables figures.

 
Les commentaires sont désactivés pour cette publication